Lundi 22 avril 2019 | Dernière mise à jour 17:45

Etats-Unis Elizabeth Warren à l'assaut de la Maison-Blanche

Souvent prise pour cible par Donald Trump, la sénatrice démocrate a officialisé samedi sa candidature à la présidentielle de 2020.

Elizabeth Warren a dénoncé l'«intolérance qui n'a pas sa place dans le Bureau ovale».

Elizabeth Warren a dénoncé l'«intolérance qui n'a pas sa place dans le Bureau ovale». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La sénatrice démocrate Elizabeth Warren a officialisé samedi sa candidature à la présidentielle américaine de 2020. Avec un message résolument à gauche, elle a dénoncé les inégalités tout en pourfendant Wall Street et les grandes fortunes.

Origines indiennes

«L'étranglement de la classe moyenne est réel et des millions de familles peuvent à peine respirer», a lancé la sénatrice du Massachusetts devant des supporteurs enthousiastes, à Lawrence, ancien coeur ouvrier de l'industrie textile du nord-est américain.

En publiant dès octobre les résultats d'un test ADN, l'ancienne professeure de droit à Harvard avait voulu couper court aux moqueries du président républicain Donald Trump, qui la surnomme depuis longtemps «Pocahontas» en mettant en doute ses origines. Peine perdue. S'il confirme un lointain héritage, ce test a indigné des tribus amérindiennes, pour qui la parenté est avant tout culturelle plutôt que purement génétique.

Surtout, le Washington Post a publié cette semaine un document officiel datant des années 1980 sur lequel Elizabeth Warren se définit comme «Amérindienne», ce qui a relancé les accusations de républicains qui la soupçonnent d'avoir utilisé ses origines pour faire avancer sa carrière. Elle dément catégoriquement.

Trump taclé

«Imposture», dénonce l'équipe de Donald Trump, lequel compte bien décrocher un second mandat. «Les Américains rejetteront sa campagne malhonnête et ses idées socialistes», a asséné dans un communiqué samedi le responsable de la campagne Trump 2020, Brad Parscale.

«Il y a beaucoup de gens fortunés et puissants, ainsi que des armées de lobbyistes et d'avocats (...) qui tenteront de nous empêcher de faire de ces solutions une réalité», a riposté Elizabeth Warren, sur scène, à Lawrence. Sans prononcer son nom, Mme Warren, 69 ans, a taclé le président milliardaire en dénonçant l'«intolérance (qui) n'a pas sa place dans le Bureau ovale».

Système de santé universel, investissements dans l'éducation, salaire minimum plus élevé, défense du climat, etc. Loin des questions sur ses origines, celle qui est sénatrice du Massachusetts depuis 2013 a voulu reprendre l'initiative en formalisant sa candidature à la primaire démocrate pour la présidentielle de novembre 2020 sur un message qu'elle porte depuis longtemps.

La course s'annonce rude dans le camp démocrate, où l'on dénombre déjà une dizaine de candidats. Plusieurs grands noms sont, en plus, encore attendus: l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, l'ex-candidat battu par Hillary Clinton en 2016, Bernie Sanders, et le milliardaire et ex-maire de New York Michael Bloomberg. Dimanche, une autre sénatrice démocrate, Amy Klobuchar (Minnesota), a promis «une grande annonce» et devrait se lancer à son tour. (ats/nxp)

Créé: 09.02.2019, 20h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.