Mercredi 22 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:48

Colombie Des enfants indigènes victimes des combats

Des enfants indigènes sont morts alors que leurs communautés sont confinées à cause de combats entre l'ELN et un gang de narco-trafiquants.

L'ONU défend l'accord de paix face aux intentions de le modifier

La Haute commissaire de l'ONU pour les droits humains a affirmé jeudi qu'«il ne peut y avoir de marche arrière» sur l'accord de paix avec l'ex-guérilla Farc en Colombie et que le gouvernement, déterminé à le modifier, a la «responsabilité historique» de l'appliquer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins quatre enfants indigènes sont morts durant le mois écoulé, faute d'aliments et de médicaments dans le nord-ouest de la Colombie où leurs communautés vivent confinées à cause de combats entre l'ELN et un gang de narco-trafiquants, selon des sources officielles.

Le manque de nourriture et de médicaments a «entrainé la mort de ces mineurs» dans le département pauvre du Choco, a déclaré à l'AFP Luis Murillo, Défenseur du peuple régional, chargé de la protection des droits humains.

Le nombre de décès d'enfants pourrait augmenter à huit, selon des sources locales citées par le gouverneur départemental, Jhoany Palacios, qui a invoqué le difficile accès à la zone.

Communications coupées

Les affrontements entre la guérilla de l'Armée de libération nationale (ELN) et le Clan del Golfo, principal gang du pays, ont en outre privé de communications près de 5000 personnes de communautés indigènes de Carmen del Darien, Riosucio et Bojaya, selon M. Murillo.

Frontalière du Panama, cette région est l'épicentre d'une dispute territoriale entre l'ELN, considérée comme la dernière guérilla de Colombie, et le Clan del Golfo, issu de la démobilisation de paramilitaires en 2006.

Le Choco est un point stratégique d'exportation des cargaisons de cocaïne envoyées de la côte du Pacifique vers l'Amérique centrale et les Etats-Unis. C'est aussi un corridor pour le trafic de migrants, certains d'Afrique et d'Asie, qui traversent la Colombie pour gagner l'Amérique centrale et du Nord. (afp/nxp)

Créé: 15.03.2019, 01h07

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.