Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:30

France «L'enfermement» de deux bébés à l'aéroport dénoncée

Parmi les 20 personnes placées dans une zone d'attente de Roissy il y a deux bébés, dénonce une association.

L'image utilisée par l'association Anafé pour dénoncer la situation.

L'image utilisée par l'association Anafé pour dénoncer la situation. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'enfermement de deux bébés, dont un nourrisson d'un mois, dans la zone d'attente de l'aéroport de Roissy, près de Paris, a suscité mardi l'indignation des défenseurs des migrants, jugeant disproportionnée la démarche de la police française aux frontières.

Sur les 20 personnes actuellement placées dans cette zone aéroportuaire, où sont notamment maintenus les voyageurs non admis en vue de leur refoulement du territoire, «il y a un bébé d'un mois arrivé dimanche du Portugal avec sa mère portugaise et son père capverdien, et un bébé de 16 mois arrivé avec sa maman mexicaine», explique Laure Palun, directrice de l'Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé).

«Atteinte grave aux libertés fondamentales»

«C'est un lieu d'enfermement. L'enfermement des enfants doit cesser», déplore l'association. Saisi sur le motif d'une «atteinte grave aux libertés fondamentales», notamment en raison de la nationalité portugaise de l'un des enfants censée lui garantir une liberté de circulation dans l'Union européenne, le tribunal administratif de Montreuil, en banlieue parisienne, a rejeté mardi la demande d'entrée en France de la famille.

«Les intéressés ne font pas partie des exceptions préalablement définies» par le gouvernement pour autoriser certaines personnes à titre dérogatoire depuis l'instauration de l'état d'urgence sanitaire et le durcissement des conditions d'entrée aux frontières, peut-on lire dans l'ordonnance, consultée par l'AFP.

Les enfants «n'ont rien à faire dans une zone d'attente», a protesté Me Quentin Dekimpe, l'avocat de la famille, estimant le placement en zone d'attente «totalement inutile». (AFP/Le Matin)

Créé: 19.05.2020, 17h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.