Jeudi 2 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:26

Nigeria Enlèvement des filles de Chibok: déjà 4 ans

Le 14 avril 2014, 276 lycéennes avaient été kidnappées par le groupe Boko Haram. Une centaine de filles sont toujours entre les mains des islamistes.

En janvier 2018, une vidéo des filles de Chibok a été rendue publique.
Vidéo: AFP

Galerie photo

Des célébrités manifestent pour les lycéennes enlevées

Des célébrités manifestent pour les lycéennes enlevées Plusieurs célébrités se sont retrouvées mardi place du Trocadéro, à Paris, pour demander la libération des lycéennes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Nigeria a célébré samedi le quatrième anniversaire de l'enlèvement de plus de 200 lycéennes par Boko Haram à Chibok, dans le nord-est du pays. Il a renouvelé les appels pour leur libération et celle des centaines d'autres personnes toujours retenues.

Les mères et pères des jeunes filles enlevées ont participé, avec plusieurs milliers de personnes, à une marche jusqu'à l'école gouvernementale secondaire pour filles de Chibok (Etat de Borno). Au total, 276 lycéennes y avaient été kidnappées dans la soirée du 14 avril 2014.

Cent douze sont toujours détenues. Elles sont devenues un symbole des exactions de l'insurrection islamiste dans la région.

Samedi, lors d'une cérémonie de deux heures à Chibok, les parents dont les filles ont été relâchées portaient des tuniques blanches sur leurs vêtements. Ceux dont les filles sont toujours aux mains de Boko Haram revêtaient des tuniques noires. «Nous prions seulement pour que nos filles soient libérées et nous reviennent», a déclaré à la foule Hannatu Daudu, dont la fille Saratu figure parmi les captives.

Incertitude insupportable

«Nous avons besoin de savoir si elles sont vivantes ou mortes. Si elles sont en vie, laissez-les revenir auprès de nous. Si elles sont mortes, dites-le-nous pour que nous puissions au moins prier pour elles, puis surmonter ce chagrin», a-t-elle ajouté. «Il vaut mieux savoir si nos filles sont mortes, plutôt que d'être laissé dans l'incertitude. Cela aggrave notre chagrin.»

Outre la cérémonie à Chibok, au cours de laquelle ont été dites des prières chrétiennes et musulmanes, une série de manifestations et de veilles sont prévues dans l'ensemble du Nigeria à l'occasion de cet anniversaire.

Le président du Nigeria en 2014, Goodluck Jonathan, avait été vivement critiqué pour sa réaction à l'enlèvement des lycéennes de Chibok, mais son successeur Muhammadu Buhari a eu plus de succès.

Pourparlers discrets

Depuis 2016, 107 filles ont été retrouvées. Elles ont été libérées ou se sont échappées dans le cadre d'un accord du gouvernement avec Boko Haram et les autorités ont indiqué que des pourparlers se poursuivaient discrètement pour obtenir des libérations supplémentaires et parvenir à mettre un terme au conflit.

«Nous prions pour chaque Nigérian détenu par Boko Haram», a déclaré à l'AFP Yakubu Nkeki, qui dirige l'association des parents des filles de Chibok. «Laissons le gouvernement faire de son mieux de manière à ce que chaque citoyen nigérian aux mains de Boko Haram soit libéré cette année.»

Le président Muhammadu Buhari, qui a annoncé son intention de briguer un second mandat en février 2019, a assuré aux parents des jeunes filles de Chibok que leurs filles «ne seront jamais oubliées ou abandonnées à leur sort». (ats/nxp)

Créé: 14.04.2018, 15h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.