Lundi 18 juin 2018 | Dernière mise à jour 13:01

France Une enquête sur la soirée violente de Champigny

Le justice française veut faire la lumière sur la nuit du Nouvel An dans le Val de Marne (F), où deux agents ont été molestés.

Mardi, des policiers ont manifesté après l'agression de leurs collègues.

Mardi, des policiers ont manifesté après l'agression de leurs collègues. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le parquet de Créteil (Val-de-Marne) a ouvert une enquête préliminaire pour faire la lumière sur l'organisation de la soirée de Champigny-sur-Marne, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Elle a donné lieu à de violents débordements durant la nuit du Nouvel An. Durant les échauffourées qui ont éclaté ce soir-là, deux policiers ont été molestés par une foule de plusieurs dizaines de personnes.

L'enquête a été ouverte pour «mise en danger de la vie d'autrui», «ouverture au public d'un établissement» sans autorisation préalable et «ouverture sans autorisation d'un établissement recevant du public non conforme aux règles de sécurité», précise-t-on de source judiciaire.

Selon franceinfo, le propriétaire de la salle a été entendu mardi par les enquêteurs et a assuré à cette occasion qu'il la louait à une église évangélique. Les incidents ont commencé lorsque des dizaines de personnes ont voulu s'introduire dans l'établissement, a-t-on dit lundi à Reuters de sources policières.

Sévérité sans faille

Une procédure parallèle porte sur l'agression des deux policiers, une scène dont les images ont suscité les réactions indignées de nombreuses personnalités politiques et ravivé la colère des forces de l'ordre. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a fait savoir mercredi qu'il recevrait le 10 janvier les syndicats de police.

«Cette rencontre sera l'occasion de revenir sur la situation de Champigny-sur-Marne mais aussi d'aborder plus largement la question des violences envers les forces de l'ordre», peut-on lire dans un communiqué de son ministère.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a promis «une sévérité sans faille» à l'égard des coupables, tout en rejetant un retour aux «peines plancher» réclamé par l'opposition de droite et certaines organisations syndicales. (ats/nxp)

Créé: 03.01.2018, 20h15

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.