Lundi 27 janvier 2020 | Dernière mise à jour 09:03

Libye Erdogan menace Haftar s'il reprend les combats

Mise en garde du président turc après que le maréchal libyen Khalifa Haftar, a quitté Moscou sans signer de cessez-le-feu.

Erdogan: «Nous n'hésiterons jamais à infliger au putschiste Haftar la leçon qu'il mérite s'il poursuit ses attaques contre l'administration légitime et contre nos frères en Libye.»

Erdogan: «Nous n'hésiterons jamais à infliger au putschiste Haftar la leçon qu'il mérite s'il poursuit ses attaques contre l'administration légitime et contre nos frères en Libye.» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé mardi «d'infliger une leçon» à l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar s'il reprenait ses attaques contre le gouvernement de Tripoli après qu'il a quitté Moscou sans signer un accord de cessez-le-feu qui y était négocié.

«Nous n'hésiterons jamais à infliger au putschiste Haftar la leçon qu'il mérite s'il poursuit ses attaques contre l'administration légitime et contre nos frères en Libye», a déclaré M. Erdogan dans un discours devant les députés de son parti.

Le maréchal Haftar a quitté Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu accepté par son rival Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU (GNA).

En dépit de cet échec, Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu'il maintenait sa participation à une conférence sur la paix en Libye prévue dimanche à Berlin.

Troupes turques

«Nous allons discuter de cette question dimanche à la réunion de Berlin à laquelle participeront aux côtés de la Turquie, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Russie, l'Italie, l'Egypte, l'Algérie et les Emirats arabes unis», a-t-il dit.

Recep Tayyip Erdogan a en outre affirmé que le maréchal Haftar aurait pris le contrôle de tout le territoire libyen sans l'intervention de la Turquie, qui a commencé à déployer des troupes pour soutenir le GNA à la faveur d'un accord signé en novembre entre les deux parties.

«Pour dire les choses clairement, si la Turquie n'était pas intervenue, le putschiste Haftar se serait emparé du pays entier et tout le peuple libyen aurait été victime de ses persécutions», a-t-il dit.

Peu après les déclarations de Recep Tayyip Erdogan, Fayez al-Sarraj, le chef du GNA, est arrivé à Istanbul en provenance de Moscou, selon les médias turcs.

Il s'est entretenu dans la métropole turque avec l'ambassadeur des Etats-Unis en Turquie David Satterfield, selon le GNA.

Lors de l'entretien, M. Sarraj a souligné la nécessité «de reprendre le processus de règlement politique» en Libye par le biais de la conférence prévue à Berlin, a indiqué le GNA sur sa page Facebook. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2020, 11h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.