Samedi 14 décembre 2019 | Dernière mise à jour 21:14

Diplomatie Les Etats-Unis prêts à discuter avec l'Iran

Mike Pompeo, secrétaire d'Etat des Etats-Unis, a annoncé que son gouvernement était prêt à discuter «sans conditions préalables» avec l'Iran.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis sont prêts à commencer à parler à l'Iran «sans conditions préalables», a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Cette déclaration faite dimanche à Bellinzone aux côtés d'Ignazio Cassis, pourrait préfigurer un tournant avec Téhéran.

«Nous sommes prêts à nous asseoir autour d'une table avec eux. Mais l'effort américain visant à stopper radicalement les activités néfastes de la République islamique et de sa force révolutionnaire va se poursuivre», a-t-il ajouté, laissant entendre que Washington n'entendait pas pour autant alléger sa campagne de «pression maximale» sur Téhéran.

C'est la première fois que l'administration de Donald Trump, qui s'est retirée il y a plus d'un an de l'accord international sur le nucléaire iranien et multiplie les sanctions économiques et la pression diplomatique et militaire, dit aussi clairement qu'elle est prête à engager le dialogue sans conditions préalables.

Mike Pompeo avait énoncé il y a un an douze conditions draconiennes pour conclure un «nouvel accord» avec l'Iran. Il exigeait en tout premier lieu des garanties sur le programme nucléaire iranien et l'arrêt des activités régionales de Téhéran au Moyen-Orient. Il avait plaidé pour que la République islamique se comporte au préalable comme «un pays normal».

La Suisse veut poursuivre ses livraisons

De son côté, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a relevé que la situation actuelle avec l'Iran était «tendue». Du côté suisse, «nous espérons qu'il n'y aura pas un regain de violence et d'autres sanctions qui feront davantage souffrir le peuple», a déclaré le chef de la diplomatie suisse.

«Nous souhaitons trouver des solutions pour fournir des denrées alimentaires et des médicaments à ce pays, mais pour que ces marchandises puissent être payées, les Etats-Unis doivent libérer les canaux de versement au travers des banques; nous avons bon espoir qu'une solution puisse être trouvée». Ces livraisons ne sont pas soumises aux sanctions.

Les deux ministres ont également abordé la situation au Venezuela, qui ne cesse de s'aggraver. En mars, la Suisse a signé avec l'ambassadeur américain Edward T. McMullen un traité pour représenter les intérêts américains au Venezuela. Ce mandat entrera en vigueur dès que le président Nicolas Maduro aura donné son accord, selon Ignazio Cassis.

En passant par Berne et Montreux

La situation géopolitique a également été au menu des discussions, et plus particulièrement les relations avec la Russie et la Chine. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a exprimé son inquiétude face aux tensions régnant entre les Etats-Unis et ces deux pays.

Les discussions ont aussi porté sur la coopération multilatérale. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a réaffirmé le soutien de la Suisse aux réformes de l'ONU lancées par le secrétaire général António Guterres. Il en a profité pour présenter la fondation «Geneva Science and Diplomacy Anticipator», un organisme qui a veut renforcer le rôle de la Suisse comme centre multilatéral au 21e siècle.

C'était la première fois depuis près de 20 ans qu'un secrétaire d'Etat américain se rendait en Suisse pour des entretiens bilatéraux et la deuxième rencontre de Mike Pompeo avec Ignazio Cassis depuis le début de l'année.

Arrivé vendredi, l'Américain a fait un petit tour de Suisse, visitant samedi le Parlement fédéral à Berne en compagnie de la conseillère nationale Christa Markwalder, passant l'après-midi à Montreux pour la réunion de Bilderberg puis terminant dimanche au Castelgrande de Bellinzone.

Multiples contacts

Les relations entre la Suisse et les Etats-Unis connaissent actuellement un regain d'activité. Pas plus tard qu'il y a quinze jours, le président de la Confédération Ueli Maurer a rencontré son homologue américain Donald Trump.

Les deux présidents avaient évoqué les relations économiques. A ce propos, l'accord de libre-échange a aussi été évoqué à Bellinzone. «Pour les deux parties, il est évident qu'un accord doit profiter aux deux pays», a souligné Ignazio Cassis.

Mike Pompeo a souhaité qu?il se concrétise «au plus vite et au mieux». Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays atteint près de 120 milliards de francs par an. (afp/nxp)

Créé: 02.06.2019, 13h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.