Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 22:16

USA L'étrange question de sécurité posée par une compagnie aérienne

Une des questions personnelles proposées, en cas de perte de mot de passe pour accéder à son site internet, par JetBlue Airways a choqué nombre de voyageurs.

La compagnie américaine JetBlue Airways a choqué ses clients.

La compagnie américaine JetBlue Airways a choqué ses clients. Image: JetBlue Airways

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La compagnie américaine JetBlue Airways a quelque peu surpris ses voyageurs. A la base, l'idée était de faciliter leurs réservations en ligne. Comment? En permettant à ses clients, en cas d'oubli de mot de passe, de pouvoir tout de même se connecter grâce à la réponse à une question personnelle du type «Quel est le nom de votre premier amour?», «Quelle est la marque de votre première voiture?» ou encore «Quel est le deuxième prénom de votre mère?».

C'est une pratique que nombre de sites utilisent sans que cela ne surprenne qui que ce soit. Mais là où JetBlue Airways a étonné son monde, c'est en raison de la nature d'une des questions personnelles: «Quel est le nom de votre enfant favori?»

Nombre de voyageurs ont été choqués et l'ont fait savoir à la compagnie aérienne qui a tenté de se dédouaner en répondant sur Twitter: «Avouez-le. Vous savez que vous en avez un.» Un «trait d'humour» qui n'a fait qu'amplifier la polémique. Résultat, la fameuse question a été retirée.

L.S.

Créé: 27.11.2019, 10h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.