Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 17:45

Haïti Des étrangers arrêtés pour association de malfaiteurs

Des citoyens américains, serbe et russe arrêtés en possession d'armes automatiques en Haïti vont subir des interrogatoires poussés.

L'arrestation des étrangers détenteurs d'armes intervient en pleine crise politique en Haïti.

L'arrestation des étrangers détenteurs d'armes intervient en pleine crise politique en Haïti. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs ressortissants étrangers et un Haïtien, arrêtés dimanche soir dans le centre de Port-au-Prince en possession d'un arsenal d'armes automatiques, ont été inculpés «d'association de malfaiteurs», a indiqué à l'AFP la police nationale d'Haïti.

«Le groupe de huit hommes compte cinq citoyens américains, un Serbe, un Russe et un Haïtien. Le premier chef d'accusation contre eux est détention illégale d'armes et le deuxième est association de malfaiteurs», a précisé la police. Le groupe a été arrêté dans la soirée à un point de contrôle policier à proximité de la banque centrale haïtienne.

Six fusils d'assaut, six pistolets, quantité de cartouches, cinq gilets pare-balles, deux drones professionnels, du matériel de télécommunication, plusieurs plaques d'immatriculation haïtiennes et deux véhicules ont été saisis par la police à cette occasion.

«Approfondir les interrogatoires»

«La direction centrale de la police judiciaire va les prendre en charge pour approfondir les interrogatoires», a affirmé la police, sans donner d'indications sur les motivations du groupe arrêté.

Haïti traverse une période de forte instabilité, plongé dans une crise socio-politique profonde qui a jeté dans la rue les plus mécontents.

Depuis le 7 février, l'opposition a organisé des dizaines de manifestations à travers les principales villes du pays pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse. Au pouvoir depuis deux ans, il rejette tout départ ou idée de céder le pouvoir à un régime de transition.

«Nous avons déjà connu une série de gouvernements de transition qui ont donné un paquet de catastrophes et de désordres», avait déclaré le chef de l'État jeudi lors d'une allocution télévisée, après être resté muet pendant une semaine. Au moins sept personnes ont été tuées en marge de ces mobilisations populaires, qui ont causé d'importants dégâts matériels.

Les violences et nombreuses barricades bloquant les axes majeurs de circulation ont paralysé l'activité économique ces dix derniers jours dans la capitale. (afp/nxp)

Créé: 18.02.2019, 07h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.