Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 10:45

Région parisienne L'ex-otage Francis Collomp est de retour en France

L'ex-otage Francis Collomp, qui était détenu au Nigeria depuis décembre 2012 par des rebelles islamistes, a regagné la France lundi matin.

L'ex-otage Francis Collomp à sa descente d'avion, derrière le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

L'ex-otage Francis Collomp à sa descente d'avion, derrière le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Image: CAPTURE DÉCRAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'avion médicalisé ramenant l'ex-otage Francis Collomp, qui était détenu au Nigeria depuis décembre 2012 par des rebelles islamistes, s'est posé vers 6h15 à l'aéroport de Villacoublay, près de Paris.

Cet ingénieur de 63 ans a échappé à ses geôliers et retrouvé la liberté dans des circonstances encore mal définies. Les autorités nigériannes ont toutefois joué leur rôle, a souligné dimanche le président français François Hollande.

Des images de l'arrivée de Francis Collomp ont été diffusées en léger différé par les télévisions d'information en continu. L'ingénieur était attendu des membres de sa famille et par le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault.

L'ex-otage, dont l'enlèvement avait été revendiqué par les rebelles d'Ansaru, n'est pas blessé mais «très affaibli» selon le Quai d'Orsay. (ats/nxp)

Créé: 18.11.2013, 09h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.