Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 12:12

Vatican La célèbre cheminée du conclave est installée

Les préparatifs s'intensifiaient samedi au Vatican, avec l'installation sur le toit de la Chapelle Sixtine de la cheminée d'où s'échappera la fameuse fumée blanche à l'issue du conclave qui s'ouvre mardi.

Galerie Photos

Les «papabili» à la succession de Benoît XVI

Les «papabili» à la succession de Benoît XVI Le prochain souverain pontife devrait être désigné avant Pâques. Les experts évoquent déjà les noms de ceux qui pourrait occuper la plus haute marche de l'Eglise.

Galerie Photos

Le pape Benoît XVI démissionne

Le pape Benoît XVI démissionne Le pape Benoît XVI a annoncé ce lundi sa démission pour le 28 février 2013, dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La cheminée blanche qui annoncera le vote des cardinaux en faveur d'un nouveau pape a été installée samedi sur le toit de la Chapelle Sixtine.

Les 115 cardinaux électeurs du prochain pape se sont réunis samedi matin pour la neuvième fois en «congrégations générales», leurs travaux préparatoires, alors que le Vatican bruisse d'informations sur la liste de favoris qui se dégagerait.

Le cardinal archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois a affirmé qu'il y avait «une demi-douzaine de candidats plausibles». Selon lui, les congrégations ont permis un travail «clarificateur», certains noms envisagés au début ayant «disparu de la liste». Tenu au secret comme tous les cardinaux, il n'a pas été plus explicite.

Le cardinal de Milan, Angelo Scola, semble l'un des candidats les plus solides, mais ne recueillerait pas de consensus, y compris parmi les Italiens, pour atteindre rapidement la majorité des deux tiers des votes requis au Conclave.

«Le problème de ce conclave, c'est qu'il n'y a pas au départ de frontrunner comme Joseph Ratzinger au conclave de 2005», estime le vaticaniste John Allen.Il cite dans la «shortlist» Mgr Scola, le cardinal québécois Marc Ouellet, et l'archevêque de Sao Paulo, Odilo Scherer.

«Mais si, lors des premiers votes, aucun de ces candidats de choix ne recueille plus de vingt voix, les cardinaux rechercheront forcément des outsiders», a poursuivi John Allen.

Candidats

C'est alors qu'un Peter Erdö, cardinal de Budapest et président des conférences épiscopales européennes --une réseau très dense et important--, ou José Francisco Robles Ortega, archevêque mexicain de Guadalajara, pourraient entrer en lice, ou encore Christoph Schönborn, un fidèle de Joseph Ratzinger, connu pour sa fermeté dans les scandales de pédophilie.

Le vaticaniste cite encore le nom d' Albert Malcolm Ranjith, le très conservateur cardinal du Sri-Lanka, doté d'une expérience de la Curie romaine. Quand à Mgr Luis Antonio Tagle, le jeune et chaleureux archevêque de Manille, ajoute John Allen avec humour, «s'il y avait une élection directe parmi le 1,2 milliard de catholiques, ce serait une victoire écrasante, mais ce n'est pas ainsi que l'Eglise fonctionne».

Selon une source informée ayant des contacts avec la Secrétairerie d'Etat, les noms les plus cités étaient samedi Scola et Scherer. Mais Mgr Scherer manquant de charisme malgré sa bonne gestion du plus grand diocèse d'Amérique Latine, le nom du cardinal Robles Ortega, très respecté, est envisagé.

Ce prélat qui a requis l'anonymat, souligne que le choix d'un cardinal à la tête d'un grand diocèse latino-américain répond à une revendication profonde du continent le plus catholique du monde. Ce choix pourrait être particulièrement judicieux pour renforcer cette Eglise au moment où elle subit une véritable hémorragie de fidèles vers les groupes pentecôtistes. En attendant, les préparatifs concrets s'accélèrent.

Cheminée installée

Des techniciens ont installé en fin de matinée la cheminée sur le toit de la chapelle Sixtine. C'est de là que des millions de fidèles sur la place Saint-Pierre ou devant leurs écrans de télévision pourront voir s'élever la fumée blanche qui leur annoncera l'élection du 266ème pape de l'histoire.

A l'intérieur de la chapelle, où les cardinaux s'enfermeront pour élire le successeur de Benoît XVI après sa démission historique, des ouvriers s'affairaient à poser un parquet provisoire pour protéger le sol. La célèbre chapelle, aux fresques peintes par Michel Ange, et phare des Musées du Vatican qui attire cinq millions de touristes chaque année, est fermée au public depuis mardi pour ces préparatifs.

(afp/nxp)

Créé: 09.03.2013, 12h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.