Jeudi 21 mars 2019 | Dernière mise à jour 21:22

Justice Le gendre du roi d'Espagne a été entendu par le juge

Scandale autour de la couronne d’Espagne, Inaki Urdangarin, gendre de Juan Carlos, a été entendu samedi au tribunal de Majorque sur une affaire de détournement de fonds publics.

Inaki Urdangari à son arrivée au tribunal samedi.

Inaki Urdangari à son arrivée au tribunal samedi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gendre du roi d’Espagne, Inaki Urdangarin, homme d’affaires et champion de handball, a été entendu samedi par un juge du tribunal de Majorque, aux Baléares, dans une enquête pour une affaire de corruption qui éclabousse la famille royale.

"Je comparais aujourd’hui pour démontrer mon innocence, mon honneur, mon activité professionnelle", a déclaré Inaki Urdangarin, le visage grave et fermé, avant d’entrer dans le tribunal où l’audition s’est poursuivie toute la journée à huis-clos. "Mon intention aujourd’hui est d’établir la vérité sur les faits", a-t-il ajouté.

Le duc de Palma, époux de l’infante Cristina, la fille cadette du roi Juan Carlos et de la reine Sofia, est soupçonné d’avoir détourné des fonds publics.

A pied

Vêtu d’une stricte veste sombre, il est finalement arrivé à pied au tribunal, comme un simple justiciable, alors qu’il avait été autorisé, à titre exceptionnel, à s’approcher en voiture jusqu’à la porte du Palais de Justice. Il a été accueilli par les huées d’environ 200 manifestants qui criaient "Attention à ton portefeuille, Urdangarin arrive" ou portaient des pancartes avec les mots "Monarchie=Corruption".

Cet homme mince et élégant de 44 ans, au profil lisse, est au centre d’un feuilleton médiatico-judiciaire sans précédent en Espagne: jamais l’entourage du roi Juan Carlos, un souverain très respecté pour avoir mené l’Espagne vers la démocratie après la mort du dictateur Francisco Franco en 1975, n’avait été touché par un tel scandale.

Avec plusieurs de ses associés, le duc de Palma est soupçonné d’avoir détourné de l’argent versé à l’Institut Noos, une société de mécénat qu’il a présidée entre 2004 et 2006, par les autorités régionales des Baléares et de Valence pour organiser des événements sportifs.

Sommes pas connues

Les sommes en jeu ne sont pas connues. Mais selon Eduardo Inda, journaliste au quotidien El Mundo, qui enquête sur cette affaire, "17 millions d’euros" pourraient s’être ainsi volatilisés.

L’enquête ouverte par le juge José Castro en est à la phase de l’instruction, durant laquelle le magistrat interroge de nombreux témoins avant de décider, peut-être dans plusieurs mois selon une source judiciaire, s’il y a lieu de renvoyer certains d’entre eux devant un tribunal pour être jugés.

Depuis des années, le scandale couvait. Dès 2006, Inaki Urdangarin est sommé par le roi d’abandonner la présidence de Noos. Il accepte alors un poste chez le géant espagnol Telefonica qui le mutera à Washington en 2009, où il demeure aujourd’hui avec l’infante et leurs quatre enfants.

Une affaire qui éclate il y a un an

Mais fin 2011, les démêlés judiciaires du duc de Palma éclatent au grand jour. Le gendre devenu embarrassant est écarté des apparitions officielles de la famille royale. Sa statue sera même séparée du reste du clan au Musée de Cire de Madrid.

Le scandale jette un soupçon teinté de malaise sur l’image de la monarchie, à l’heure où se profile la transition entre le roi Juan Carlos, âgé de 74 ans, et le prince héritier Felipe. "C’est une situation préoccupante, qui a peu à peu créé un malaise, parce que cela touche à la première institution du pays, à la couronne", remarque la journaliste et écrivain Pilar Urbano, spécialiste de la famille royale.

Gendre idéal démasqué

Le masque est aussi tombé du visage de cet homme à l’image de gendre idéal, médaillé de bronze de handball aux Jeux olympiques de 1996 et 2000. "C’est la face cachée de ce qui apparaît par devant comme de l’innocence", souligne Pilar Urbano, évoquant des propos tenus en 2008 par la reine Sofia pour décrire son gendre: "Un homme bon, bon, bon, très bon. Un homme attentionné, courtois, bien élevé".

C’est, dit-elle, "l’image qu’ont eue tous les Espagnols, celle d’un champion olympique, alerte, propre, transparent, beau, jeune, très amoureux de l’infante Cristina, très bon père de famille". (ats/nxp)

Créé: 25.02.2012, 10h13

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters