Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 04:15

Belgique Radicalisé, il tue trois personnes à Liège

Mardi matin à Liège, un homme radicalisé a tué trois personnes dont deux policières avant d'être abattu, la justice parle d'acte «terroriste».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un homme radicalisé, dont l'objectif était d'attaquer la police, a tué trois personnes dont deux policières attaquées au couteau, avant d'être abattu, mardi à Liège, dans l'est de la Belgique, un acte qualifié de «terroriste» par la justice belge.

Après ce triple homicide commis sur une grande artère de la cité francophone, l'homme identifié par les médias comme Benjamin Herman, un délinquant multirécidiviste né en 1982, a brièvement pris en otage une employée d'un groupe scolaire, entraînant l'évacuation des élèves, selon les autorités. Aucun enfant n'a été blessé.

L'enquête a été confiée à un juge d'instruction antiterroriste, et le parquet fédéral doit donner des précisions sur ses premiers éléments mercredi matin lors d'une conférence de presse. Dans un tweet, le Premier ministre belge Charles Michel a dénoncé une «violence lâche et aveugle».

L'enquête a été confiée à un juge d'instruction antiterroriste, et le parquet fédéral doit donner des précisions sur ses premiers éléments mercredi matin lors d'une conférence de presse. «Des éléments vont dans la direction d'un acte terroriste», a simplement indiqué à l'AFP Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral. «Des éléments vont dans la direction d'un acte terroriste», a simplement indiqué à l'AFP Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral.

Dans une vidéo amateur, on entend clairement l'assaillant crier «Allah Akbar» en marchant, ce qu'aucune source officielle n'a voulu confirmer mardi. Et l'auteur des images lui répond «Fous-moi le camp» ainsi que des insultes. Dans une autre vidéo amateur, le tireur semble crier «Allah Akbar» («Dieu est grand») en s'en prenant aux policiers. S'ensuit une courte et intense fusillade, à l'issue de laquelle l'homme gît au sol. Des images diffusées par la chaîne privée RTL ont montré l'assaillant abattu étendu sur un trottoir, habillé de noir, avec des baskets blanches, face contre terre.

La fusillade s'est produite vers 10h30 (08H30 GMT). L'assaillant a d'abord porté de «multiples coups de couteau» aux deux policières «agressées par l'arrière», avant de s'emparer de leurs armes de service pour les abattre, a raconté devant la presse le procureur de Liège, Philippe Dulieu.

Contact islamiste

Après avoir subtilisé les armes, utilisées ensuite contre les policières, il a aussi tué une troisième fois en faisant feu contre un homme de 22 ans passager d'une voiture garée à proximité.

Décrit comme un délinquant plusieurs fois condamné pour vols, coups et blessures ou trafic de stupéfiants, Benjamin Herman était incarcéré depuis 2003 mais en permission de sortie lorsqu'il est passé à l'acte mardi. Il avait déjà bénéficié d'une vingtaine de congés pénitentiaires qui s'étaient bien déroulés, d'après le ministre belge de la Justice Koen Geens cité par l'agence de presse Belga.

Selon une source proche de l'enquête jointe par l'AFP, Benjamin Herman était toutefois fiché par la police pour avoir été en contact, lors d'un séjour à la prison de Lantin (est), avec un détenu islamiste, et s'être radicalisé. Il était dans «une fuite en avant» après avoir «commis un meurtre la nuit dernière» à On, entre Marche et Rochefort (sud), a aussi dit cette source.

Selon les médias locaux, un toxicomane de 30 ans a été retrouvé mort à son domicile à On, probablement tué avec un marteau. Mais le parquet de la province belge de Luxembourg, compétent sur cette zone, s'est refusé à établir un lien «à ce stade» avec la tuerie de Liège.

«Atteint à l'artère fémorale»

«Il est clair que l'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police», a déclaré de son côté le chef de la police de Liège Christian Beaupère, lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi. Il a précisé que quatre policiers avaient été blessés aux bras et aux jambes lors de l'échange de tirs qui a suivi la prise d'otage. L'un d'eux a été atteint à l'artère fémorale.

La Belgique, frappée par des attentats djihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars 2016, a été depuis le théâtre de plusieurs agressions contre des militaires ou des policiers. La dernière attaque considérée comme «terroriste» s'est produite le 25 août 2017 : un homme de 30 ans d'origine somalienne a agressé des soldats au couteau, blessant légèrement un d'eux, en criant «Allah Akbar» en plein coeur de Bruxelles. Il a été abattu.

Mais la tuerie de mardi rappelle surtout l'attaque du 6 août 2016 à Charleroi (sud), quand un Algérien vivant en Belgique s'en était pris avec une machette à deux policières devant l'hôtel de police aux cris de «Allah Akbar». Les policières avaient été blessées au visage et au cou, et l'assaillant abattu. Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué cette attaque.

Consulté mardi, l'Ocam, l'organisme chargé d'évaluer la menace terroriste en Belgique, a décidé de maintenir inchangé le niveau 2 correspondant à une menace jugée «peu vraisemblable». Le niveau qui était fixé depuis trois ans à 3 (menace «possible et vraisemblable») -- voire ponctuellement 4 (menace «imminente») -- avait été abaissé en janvier.

(afp/nxp)

Créé: 30.05.2018, 04h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.