Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 18:24

Budapest Manifestation sans précédent en Hongrie

100'000 personnes selon les organisateurs, 70'000 selon les observateurs ont manifesté lundi soir à Budapest contre le Premier ministre conservateur, Viktor Orban.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le Premier ministre Viktor Orban.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le Premier ministre Viktor Orban. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines de milliers de personnes - 100'000 selon les organisateurs, 70'000 selon les observateurs - ont manifesté lundi soir à Budapest contre le Premier ministre conservateur, Viktor Orban, une mobilisation sans précédent à l'appel des partis de gauche et écologiques, ainsi que des mouvements de la société civile.

Alors que, jusqu'à présent, les appels à manifester contre le gouvernement attiraient tout au plus quelques milliers de personnes, cette fois des dizaines de milliers de citoyens se sont mobilisés pour protester contre la nouvelle constitution hongroise, jugeant qu'elle portait atteinte à la démocratie.

Au moment même où Viktor Orban et ses fidèles célébraient la nouvelle constitution à l'Opéra de Budapest, les manifestants étaient rassemblés à proximité avec comme slogan «Il y aura de nouveau une République», allusion directe à la disparition, dans la nouvelle constitution, de l'appellation «République de Hongrie» au profit de la simple «Hongrie».

Le parti socialiste MSZP, le parti écologiste de gauche LMP et le nouveau parti DK de l'ancien Premier ministre socialiste, Ferenc Gyurcsany, ont participé au rassemblement, aux côtés de nombreux mouvements de la société civile.

Menaces sur l'indépendance

Les manifestants ont scandé des slogans contre Viktor Orban, brandissant des pancartes avec les inscriptions: «Assez!», «Dictature d'Orban», «Orbanistan». «Viktor Orban et ses serviteurs ont fait passer la Hongrie d'un pays prometteur au lieu le plus sombre d'Europe», a commenté avant le début de la manifestation le député socialiste Tibor Szanyi.

La nouvelle constitution, adoptée en avril grâce à la majorité des deux-tiers dont jouit au Parlement le parti Fidesz de Viktor Orban, a suscité les critiques de l'Union européenne, du chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, du Fonds monétaire international (FMI) et de nombreuses organisations non-gouvernementales (ONG).

Ses détracteurs reprochent à Viktor Orban d'avoir ainsi limité les pouvoirs de la Cour constitutionnelle, de menacer le pluralisme des médias et de mettre fin à l'indépendance de la justice.

Les lois constitutionnelles qui l'accompagnent sont elles jugées comme une atteinte à l'indépendance de la Banque centrale, une aide en faveur du Fidesz pour les prochaines élections législatives et une manière d'imposer la politique fiscale du régime conservateur aux gouvernements futurs. (AFP/nxp)

Créé: 03.01.2012, 08h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.