Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:32

Présidentielle Une nouvelle enquête vise Nicolas Sarkozy

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur le paiement par l'UMP des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy après l'invalidation des comptes de sa campagne de 2012.

Les pénalités infligées à Nicolas Sarkozy font l'objet d'une enquête

Les pénalités infligées à Nicolas Sarkozy font l'objet d'une enquête

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les pénalités infligées à Nicolas Sarkozy sont sous enquête.

Les obstacles judiciaires se multiplient sur la route d'un retour de l'ancien président français en politique.

Ouverte le 2 juillet, cette enquête vise un éventuel «abus de confiance» au préjudice de l'UMP, qui avait réglé la facture à la place du candidat. Les investigations ont été confiées à l'office anti-corruption (Oclciff) de la police judiciaire.

Les commissaires aux comptes de l'UMP ont alerté le 1er juillet le parquet sur la prise en charge par le parti de ces pénalités que Nicolas Sarkozy aurait dû régler lui-même.

Cette nouvelle enquête visant l'ex-chef de l’État, qui a amorcé un retour en politique pour les tout prochains mois, trouve son origine dans l'invalidation des comptes de sa dernière campagne, en raison du dépassement des dépenses autorisées.

Mis en examen auparavant

Dans sa décision du 19 décembre 2012, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) avait ordonné que Nicolas Sarkozy restitue à l’État l'avance forfaitaire de 153'000 euros (182'000 francs) dont il avait bénéficié en tant que candidat, mais aussi qu'il verse au Trésor public la somme de 363'615 euros, soit le montant du dépassement du plafond des dépenses, fixé à 22'509'000 euros.

Après une quinzaine d'heures de garde à vue - mesure sans précédent pour un ancien président de la République française -, il avait été mis en examen par ailleurs dans la nuit de mardi à mercredi notamment pour corruption et trafic d'influence actifs.

Dans ce dossier, il est soupçonné avec son avocat Thierry Herzog d'avoir tenté d'obtenir des informations pourtant soumises au secret auprès d'un haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, sur une autre procédure judiciaire le concernant. (ats/nxp)

Créé: 07.07.2014, 13h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.