Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:35

Belgique Bruxelles n'est plus en état d'alerte maximale

Après six jours, le niveau de menace terroriste a été baissé d'un cran, à 3 sur une échelle de 4.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Belgique a abaissé jeudi le niveau d'alerte à Bruxelles. Il est ramené de 4, le niveau d'alerte maximal en vigueur depuis samedi dernier, à 3, a confirmé le ministre belge de l'Economie, Kris Peeters.

Le ministre a déclaré à la radio-télévision publique VRT que la décision avait été prise par l'organisme national d'évaluation des menaces (Ocam), qui est composé de spécialistes de la sécurité et de responsables.

Menace «possible et vraisemblable»

Les autorités avaient placé Bruxelles en état d'alerte de niveau 4, qui correspond à une menace «sérieuse et imminente», dans la nuit de vendredi à samedi, une semaine après les attentats de Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts.

Lundi, le Premier ministre Charles Michel avait annoncé que le niveau 4 devrait rester de mise dans la Région bruxelloise toute la semaine, jusqu'au 30 novembre.

L'abaissement du seuil d'alerte de 4 à 3 ramène la Région bruxelloise au même niveau que le reste du pays, qui vit à l'heure du niveau 3, lequel correspond à une menace «possible et vraisemblable».

Mercredi, les écoles et une grande partie du réseau métropolitain de la capitale belge avaient rouvert.

Chasse à l'homme

Parallèlement, la chasse à l'homme pour retrouver le suspect numéro un dans les attentats de Paris, Salah Abdeslam, se poursuit. Les autorités ont prévenu que l'homme était peut-être armé et dangereux et qu'il pourrait préparer de nouvelles attaques.

La police a mené une perquisition jeudi dans une maison de Sambreville, au sud de Bruxelles, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, a déclaré le parquet fédéral cité par les médias belges. Le maire de Sambreville, Jean-Charles Luperto, a indiqué à l'issue de la perquisition que la police avait recherché plutôt des preuves matérielles (armes, explosifs) que des suspects.

Alertés par une mystérieuse poudre blanche, des pompiers et des équipes de décontamination sont par ailleurs intervenus jeudi à la grande mosquée de Bruxelles, non loin des bâtiments de la Commission européenne. (ats/afp/nxp)

Créé: 26.11.2015, 17h20

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.