Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:32

Confusion Burkhalter accueilli en Ukraine par un drapeau danois

En visite à Kiev, Didier Burkhalter, le président en exercice de l'OSCE, a été accueilli par un immense drapeau danois confondu avec celui de la Suisse.

Le drapeau danois a été installé dans la salle de réunion du gouvernement ukrainien.

Le drapeau danois a été installé dans la salle de réunion du gouvernement ukrainien. Image: Keystone

La Suisse prête à aider

«La Suisse est prête à œuvrer à la remise de bâtiments occupés» dans l'est de l'Ukraine, a déclaré lundi à Kiev Didier Burkhalter. L'Ukraine a lancé l'idée vendredi à l'issue d'une rencontre avec le secrétaire général de l'OSCE Lamberto Zannier.

La Suisse veut jouer à nouveau les intermédiaires dans l'éventuelle restitution de bâtiments occupés dans l'est de l'Ukraine, à l'instar de la mairie de Kiev qui au milieu du mois de février avait été restituée aux autorités de la ville après une médiation suisse.

Galerie photo

Ukraine: l'impossible sortie de crise (février-mai 2014)

Ukraine: l'impossible sortie de crise (février-mai 2014) Suite au rattachement de la Crimée à la Russie, l'Ukraine est déchirée entre pro-Européens et pro-Russes. En images, les principaux événements entre les mois de février et mai 2014.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois imposants drapeaux trônaient lundi matin dans la salle de réunion du siège du gouvernement ukrainien à Kiev, à l'arrivée du président en exercice de l'OSCE, Didier Burkhalter.

Mais les hôtes du Suisse ont commis une erreur de protocole, l'accueillant avec un immense drapeau danois à la place du suisse. L'étendard scandinave était placé à côté d'un drapeau ukrainien et d'un autre à l'effigie de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Retrouvez ici les dernières informations sur la situation à l'est du pays.

Impulsion aux activités de l'OSCE

L'OSCE veut rapidement envoyer jusqu'à 200 à 300 observateurs en Ukraine, a déclaré Didier Burkhalter. L'accent sera aussi mis sur le dialogue national pour notamment sensibiliser les populations des régions au scénario d'une décentralisation.

A l'heure actuelle, 40 Etats membres de l'OSCE ont envoyé des observateurs pour cette mission spéciale en Ukraine. Didier Burkhalter les a remerciés pour leur engagement sur le terrain. La mission spéciale, a-t-il dit, doit maintenant aussi jouer un rôle pour faciliter le dialogue national.

Le nombre d'observateurs de la mission, forte actuellement de 121 personnes, dont 85 observateurs déployés dans dix villes d'Ukraine, va augmenter. «Nous voulons étendre rapidement cette mission jusqu'à 200 à 300 personnes», a précisé Didier Burkhalter en conférence de presse. Au maximum, l'OSCE peut déployer jusqu'à 500 observateurs.

Sécurité garantie

Le chef adjoint de la mission, le Suisse Alexander Hug, a précisé qu'actuellement la sécurité des observateurs était garantie dans l'est du pays, en proie à des troubles. Les observateurs sont actuellement appelés dans leur tâche à identifier les différents acteurs, et notamment les occupants de plusieurs bâtiments publics dans plusieurs villes de l'est.

En outre, l'OSCE veut améliorer l'information auprès de la population sur le travail des observateurs car dans les villes notamment sous tension, les habitants sont parfois méfiants.

Lundi matin, Didier Burkhalter a pu s'entretenir à Kiev avec le ministre ukrainien des affaires étrangères Andrii Dechtchitsa ainsi qu'avec le Premier ministre Arseni Iatseniouk.

Le président de la Confédération s'est envolé en milieu de journée pour la ville portuaire d'Odessa, sur la mer Noire. Il doit rendre visite sur place aux observateurs de la mission de l'OSCE.

(ats/nxp)

Créé: 14.04.2014, 11h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.