Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 23:34

Royaume-Uni Les conservateurs vers une courte majorité

Selon un sondage, les législatives de jeudi déboucheraient sur une victoire des conservateurs, mais l'écart avec le Labour se réduit.

D'après la projection en sièges, le parti du Premier ministre Boris Johnson en remporterait 339. (Photo d'archives)
Vidéo: AFP

Johnson brandit le risque de «paralysie» du Brexit en cas de défaite

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis en garde mardi contre le risque d'une nouvelle «paralysie» du Brexit en cas de victoire jeudi aux législatives de l'opposition travailliste. En campagne dans le centre de l'Angleterre, le Premier ministre s'est lancé dans une virulente critique de Jeremy Corbyn, qui veut négocier un nouvel accord avec l'Union européenne et le soumettre à référendum avec comme alternative le maintien dans l'UE. «C'est grotesque. Pire, ce serait désastreux», a-t-il jugé lors de cet événement où il s'est mis au volant d'un engin de chantier pour démolir un faux mur de briques indiquant «blocage. (...) Soit nous allons de l'avant (en réalisant le Brexit) soit c'est encore la paralysie».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les conservateurs de Boris Johnson devraient remporter les élections législatives de jeudi avec une petite majorité, mais l'écart avec l'opposition travailliste se réduit, selon un sondage YouGov publié mardi soir. Interrogés sur leur intention de vote si les élections avaient dû se tenir le lendemain, 43% des sondés ont répondu conservateur, et 34% Labour.

D'après la projection en sièges, le parti du Premier ministre Boris Johnson en remporterait 339 (+22 par rapport au précédent scrutin de 2017). C'est 20 de moins que lors des précédentes projections de Yougov, le 28 novembre. Mais ce serait «la meilleure performance des conservateurs depuis 1987 en termes de sièges», souligne l'institut, ce qui garantirait à Boris Johnson la majorité nécessaire pour «réaliser le Brexit».

Le leader des conservateurs a en effet axé toute sa campagne autour de ce slogan après avoir convoqué des élections législatives anticipées, les deuxièmes depuis le référendum sur le Brexit en 2016. Son but: réunir la majorité qui lui faisait jusqu'ici défaut pour faire adopter l'accord de sortie de l'Union européenne négocié avec Bruxelles.

En face, l'opposition travailliste devrait être élue dans 231 circonscriptions, soit 31 de moins qu'en 2017. Le nombre de sièges que risque de perdre le Labour au profit des conservateurs s'est réduit depuis fin novembre, passant de 44 à 29.

Les circonscriptions revenues dans le giron travailliste sont surtout des zones anti-Brexit, note l'institut sondage. En cas de victoire, le parti de Jeremy Corbyn a en effet promis de renégocier un nouvel accord avec l'UE, qui serait ensuite soumis au vote de la population britannique lors d'un référendum, où serait aussi offert la possibilité de voter en faveur du maintien dans l'UE.

Le Parti nationaliste écossais en hausse

En raison de la marge d'erreur, l'institut précise par ailleurs que les conservateurs devraient in fine gagner entre 311 et 367 sièges au Parlement britannique, soulignant que ces prévisions «n'écartaient donc absolument pas le risque d'un Parlement sans majorité».

«Dans l'état actuel des choses, il y a seulement 85 sièges dont la marge d'erreur est de 5% ou moins», explique le chercheur de Yougov Chris Curtis. Pour lui «le vote tactique et la récente tendance en faveur du Labour» peuvent tout changer.

Parmi les plus petites formations représentées à la Chambre des communes, le Parti nationaliste écossais (SNP) devrait remporter 41 sièges (+6), au détriment des conservateurs et des travaillistes. Les libéraux démocrates gagneraient trois sièges, pour se hisser à un total de 15 représentants à Westminster, alors que les nationalistes gallois de Plaid Cymru (4) et les Verts (1) connaîtraient un statu quo.

Quelque 100'000 personnes ont été interrogées au cours des sept derniers jours sur leurs intentions de vote, selon YouGov. La méthode utilisée avait fait parler d'elle en 2017 car elle avait alors permis de correctement prédire un Parlement sans majorité, à contre-courant des autres sondages qui donnaient les conservateurs gagnants. (afp/nxp)

Créé: 11.12.2019, 00h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.