Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:48

Ravages de l'amiante La Cour de cassation italienne se penche sur le dossier Eternit

La Cour de cassation italienne, plus haute instance judiciaire du pays, pourrait rendre en début de soirée son verdict définitif à l'encontre du milliardaire suisse Stephan Schmidheiny.

L'affaire Eternit a déjà été jugée en 2012 et 2013 (procès en appel).

L'affaire Eternit a déjà été jugée en 2012 et 2013 (procès en appel). Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour de cassation italienne entame ce mercredi 19 novembre ses audiences dans le procès des victimes de l'amiante en Italie.

La plus haute instance judiciaire transalpine pourrait rendre en début de soirée son verdict définitif à l'encontre du milliardaire suisse Stephan Schmidheiny.

Lors de cette audience, qui se tiendra à Rome, la Cour doit entendre le procureur général italien, les avocats de Stephan Schmidheiny ainsi que l'Institut national d'assurance contre les accidents (Inail). Si les débats se prolongent, le verdict pourrait être rendu ultérieurement.

L'homme d'affaires avait été condamné à seize ans de prison en février 2012 pour avoir provoqué la mort de près de 3000 personnes, ouvriers ou riverains d'usines du groupe Eternit S.p.a Gênes. En juin 2013, cette peine avait été alourdie en appel à 18 ans de prison.

La Cour d'appel de Turin l'avait aussi condamné à verser quelque 90 millions d'euros de dédommagements à l'issue de ce procès, le plus grand et le premier au monde organisé au pénal sur les ravages de l'amiante.

Catastrophe sanitaire

Stephan Schmidheiny et son ancien associé belge Louis de Cartier, décédé le 21 mai 2013 et contre lequel les poursuites ont été abandonnées, avaient été condamnés pour «catastrophe sanitaire et environnementale permanente» et infraction aux règles de la sécurité au travail dans les usines de produits à base d'amiante-ciment.

Les avocats des deux hommes avaient plaidé que leurs clients n'avaient pas de responsabilité directe dans la gestion de la société qui a fait faillite en 1986, six ans avant l'interdiction de l'amiante dans la péninsule. (ats/nxp)

Créé: 19.11.2014, 07h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.