Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:09

Grande-Bretagne Tout sur la course à la succession Theresa May

Depuis l'annonce le 24 mai du départ de la Première ministre britannique, le clan conservateur est en ébullition pour lui succéder.

On ne connaîtra que fin juillet le futur locataire du 10 Downing Street.

Les dates-clé de la succession

10 juin: dépôt des candidatures.

11 et 12 juin: premières auditions des candidats par les députés conservateurs.

13 juin: premier vote des députés. Les candidats obtenant moins de 17 voix sont éliminés.

16 juin: premier débat télévisé sur Channel 4.

17 juin: auditions des candidats par les députés conservateurs

18 juin: 2e tour de vote. Les candidats obtenant moins de 33 voix sont éliminés. S'ils obtiennent tous davantage de voix, le candidat avec le moins de voix est éliminé. S'ensuit un nouveau débat télévisé sur la BBC.

19 juin: 3e tour de vote. Le candidat avec le moins de voix est éliminé.

20 juin: 4e et 5e tours de vote. Les députés doivent à ce stade avoir réduit à deux le nombre de candidats.

22 juin: premiers débats devant les membres du parti conservateur.

28 et 29 juin: sommet du G20 à Osaka, auquel Theresa May, en tant que Première ministre démissionnaire, doit participer.

13 juillet: 3e anniversaire de Theresa May à la tête de l'exécutif britannique.

Semaine du 22 juillet: après un vote des quelque 160'000 membres du Parti conservateur pour départager les deux finalistes, le vainqueur devient Premier ministre.

17 et 18 octobre: sommet européen à Bruxelles. Le Premier ministre britannique y assistera si le Brexit n'a eu lieu à cette date.

31 octobre: date du Brexit, sauf nouveau report.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Première ministre britannique Theresa May a démissionné le 24 mai dernier de la tête du Parti conservateur, ouvrant officiellement la course à sa succession qui désignera celui qui aura la lourde tâche de réussir là où elle a failli : mettre en œuvre le Brexit.

Afin de lui succéder, il faut d'abord être élu à la tête du Parti conservateur. En déposant leur candidature le 10 juin dernier, les prétendants se sont engagés dans une lutte pour le pouvoir souvent pleine de rebondissements et de coups de poignard dans le dos.

Première étape: diriger le parti

Peuvent se lancer dans la course des députés conservateurs bénéficiant du soutien d'au moins huit collègues. Les députés s'expriment d'abord sur les candidats lors d'une série de votes à bulletin secret jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que deux. C'est ensuite aux membres du parti de départager les finalistes, après une campagne menée dans tout le Royaume-Uni. Le nom du vainqueur devrait être connu dans la semaine du 22 juillet.

Jusqu'ici, c'est Boris Johnson qui caracole en tête. Le champion des pro-Brexit, aborde mercredi la suite de la compétition pour remplacer Theresa May en position de force, la question étant de plus en plus de savoir qui se qualifiera pour l'affronter en finale. Mercredi soir, il restera trois candidats face à lui après le troisième tour du vote des députés conservateurs. Et jeudi, il ne restera plus qu'un seul rival.

L'ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères de Mme May, tenant d'un Brexit dur, a terminé mardi largement en tête du 2e tour de scrutin destiné à élire le chef des tories - qui deviendra Premier ministre. Il a récolté 126 voix sur 313.

Quatre candidats en lice

Mercredi, outre lui, quatre candidats sont encore en lice. Celui qui rassemblera le moins de votes sera éliminé. Parmi les plus susceptibles de l'être, figurent le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, et celui du Développement international Rory Stewart. Ils ont obtenu respectivement 33 et 37 voix mardi.

Face au grand favori Boris Johnson, l'actuel chef de la diplomatie Jeremy Hunt veut lui incarner l'alternative «sérieuse» en mettant en avant ses succès d'entrepreneur, qui ont fait de lui un multi-millionnaire, et sa longue carrière politique. Lors du 2e débat sur la BBC, il a affirmé qu'un nouveau report du Brexit pourrait être nécessaire si un accord de sortie était à portée de main.

Les deux finalistes qui resteront jeudi seront ensuite départagés par les 160'000 membres du Parti conservateur dans la semaine du 22 juillet, le vainqueur devenant le nouveau Premier ministre.

La mise en oeuvre du Brexit sera la priorité du nouveau chef du gouvernement. Incapable de mettre en oeuvre la sortie de l'UE, Theresa May a démissionné le 7 juin de ses fonctions de chef du Parti conservateur Après trois rejets successifs par les députés de l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles, censé organiser une séparation en douceur, Theresa May a été contrainte de repousser au 31 octobre la date du Brexit, initialement programmé pour le 29 mars.

(AFP/nxp)

Créé: 19.06.2019, 14h47

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.