Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:06

Immigration Les demandes d'asile explosent en Italie

Le nombre d'enregistrements sur les six premiers mois a dépassé les 25'000. Pour l'année 2013 dans sa totalité, il était de 26'000.

Seule une petite partie des arrivants dépose une demande d'asile en Italie, malgré la règle qui impose aux réfugiés de déposer leur demande dans le premier pays de l'Union européenne qu'il atteignent.

Seule une petite partie des arrivants dépose une demande d'asile en Italie, malgré la règle qui impose aux réfugiés de déposer leur demande dans le premier pays de l'Union européenne qu'il atteignent. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Italie a enregistré pendant les six premiers mois de l'année 25'401 demandes d'asile, soit quasiment autant que les 26'520 déposées pendant toute l'année 2013, souligne un rapport publié lundi par plusieurs organisations d'aide aux migrants.

Croissance exponentielle

Cette évolution est logique dans la mesure où les arrivées sur les côtes italiennes connaissent une croissance exponentielle depuis l'été 2013: 7916 au premier semestre 2013, 35'009 au second, 65'456 au premier semestre 2014 et le total de cette année est déjà estimé à plus de 150'000.

Seule une petite partie de ces arrivants dépose une demande d'asile en Italie. Malgré la règle qui impose aux réfugiés de déposer leur demande dans le premier pays de l'Union européenne qu'il atteignent, beaucoup préfèrent poursuivre clandestinement leur route vers l'Allemagne, la France, la Suède...

Ainsi, plus de la moitié des migrants arrivés cette année viennent de Syrie ou d'Erythrée, selon les statistiques du ministère de l'Intérieur. Mais ce sont les Maliens qui ont été les plus nombreux à demander l'asile en Italie au cours du premier semestre 2014.

Et si le nombre de femmes et d'enfants empruntant les bateaux clandestins est en augmentation, encore 93% des demandeurs d'asile de ce début d'année étaient des hommes, relève le rapport.

Mare Nostrum cède sa place à Triton

Quant à l'issue des demandes, sur les quelque 24'000 dossiers examinés en 2013 (déposés fin 2012 et courant 2013), 13% des demandeurs ont obtenu le statut de réfugié, 24% une protection subsidiaire et encore 24% un permis de séjour à titre humanitaire, soit un total de 61% autorisés à s'installer en Italie.

Depuis l'été 2013, le pays est confronté à des arrivées massives sur ses côtes, qui se sont encore accentuées avec la mise en place de l'opération de secours Mare Nostrum après deux naufrages dramatiques en octobre.

Mais la fin annoncée de Mare Nostrum, qui cède progressivement la place à Triton, une opération européenne de contrôle des frontières beaucoup plus limitée, n'a pas mis fin aux tentatives de traversée: ce week-end, la marine militaire italienne a encore secouru plus de 2500 migrants en Méditerranée. (afp/nxp)

Créé: 17.11.2014, 17h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.