Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 23:00

Récit Espionné par la NSA, Hollande a appelé Obama

L'ancien président Jacques Chirac a lui jugé «choquantes» les écoutes des services secrets américains.

François Hollande.

François Hollande. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président américain Barack Obama a «réitéré sans ambiguïté» mercredi 24 juin par téléphone à son homologue François Hollande «son engagement ferme» contre tout espionnage de pays allié, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

«L'échange», à l'initiative de François Hollande et consécutif aux révélations dans la presse sur l'espionnage par les Américains des présidents français de 2006 à 2012, «a été l'occasion d'une mise au point sur les principes qui doivent gouverner les relations entre alliés en matière de renseignement», précise-t-on.

«Le président Obama a réitéré sans ambiguïté son engagement ferme, intervenu en novembre 2013 après l'affaire Snowden, et déjà rappelé lors de la visite d'Etat de (François Hollande en) février 2014, d'en terminer avec les pratiques qui ont pu avoir lieu dans le passé et qui étaient inacceptables entre alliés», a souligné l'Elysée.

«Des responsables français du renseignement se rendront très prochainement à Washington pour approfondir la coopération», a-t-on confirmé.

Chirac sort du bois

L'ancien président de la République Jacques Chirac a jugé les écoutes des services secrets américains de trois présidents français, dont il fait partie, «inacceptables» et «choquantes», a indiqué son entourage.

«La France et les Etats-Unis sont des alliés historiques. La France a toujours agi vis-à-vis des Etats-Unis dans un esprit d'amitié, de confiance, d'indépendance et de franchise (...) De telles méthodes entre pays alliés et amis sont inacceptables», a dit l'entourage de Jacques Chirac.

Celui qui a occupé l'Elysée de 1995 à 2007, et été écouté à partir de 2006 par la NSA selon les documents de Wikileaks, a ajouté que «les révélations concernant les pratiques d'espionnage américaines (étaient) d'autant plus choquantes» que les Etats-Unis et la France étaient deux pays «alliés et amis».

(afp/nxp)

Créé: 24.06.2015, 18h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.