Lundi 18 février 2019 | Dernière mise à jour 19:51

Allemagne Un «citoyen du Reich» tire et blesse quatre policiers

Une descente de police a mal tourné chez un homme de 49 ans. Cet extrémiste de droite a tiré sur les agents, faisant 4 blessés.

Le village Georgensgmünd, près de Nuremberg.

Le village Georgensgmünd, près de Nuremberg. Image: georgensgmuend.de

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un extrémiste de droite a fait parler la poudre mercredi dans le village de Georgensgmünd, non loin de Nuremberg.

Quatre policiers ont été blessés, certains gravement, mercredi dans le sud de l'Allemagne par un membre des «citoyens du Reich», un mouvement antirépublicain lié à l'extrême droite, qui a ouvert le feu lors d'une perquisition, selon la police. Le suspect, un homme de 49 ans, a été interpellé après avoir été légèrement touché dans l'échange de tirs, survenu dans cette bourgade bavaroise de 6000 habitants, précise un communiqué de la police locale.

Selon la police, les autorités avaient demandé une perquisition chez lui, pour vérifier les armes que possédait légalement ce citoyen jugé peu fiable. Des forces spéciales de la police accompagnaient l'opération. Mais l'homme a immédiatement tiré sur les agents. Le ministre de l'Intérieur tiendra une conférence de presse dans le courant de la matinée, selon le Tages-Anzeiger.

Possible «radicalisation»

Les citoyens du Reich ne reconnaissent pas l'existence de la République fédérale allemande et refusent de se soumettre aux lois de leur pays. Ils se réclament de l'Empire allemand des frontières de 1937 et refusent de payer des impôts. Apparue il y a quelques années, cette mouvance rassemble à la fois des sympathisants des milieux d'extrême droite, des royalistes, des adeptes de la théorie du complot, des ésotériques ou encore des personnes atteintes de troubles mentaux.

Répondant à une question parlementaire du parti de gauche radicale Die Linke, le le ministère de l'Intérieur avait relevé l'écho «des thèses des +Reichsbürger+ (citoyens du Reich, ndlr) dans le spectre néo-nazi et dans celui des négationnistes».

Parmi les infractions les plus fréquemment associées à ce mouvement figurent les insultes, le harcèlement, l'incitation à la haine raciale et la falsification, puisqu'ils refusent tout document officiel et se procurent de faux papiers d'identité impériaux, précisait la même source.

Mais les autorités leur reprochent aussi de l'extorsion de fonds et des violences physiques, s'inquiétant d'une possible «radicalisation».

Fin août, un ancien «Monsieur Allemagne» de 41 ans se réclamant des «citoyens du Reich» avait ouvert le feu sur les policiers d'une unité spéciale venus l'expulser de sa maison à Reuden (nord), en touchant deux. Il avait été grièvement blessé dans l'échange de tirs et arrêté.

(nxp)

Créé: 19.10.2016, 10h29

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.