Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 17:04

France Face à la menace terroriste, l'armée reste mobilisée

Suite aux attentats de Paris en janvier, François Hollande a décidé de garder ses 10'000 militaires mobilisés en France jusqu'à l'été.

A Paris comme en province, les militaires patrouillent désormais dans les gares ou les stations de métro, stationnent devant les sièges des médias et surveillent écoles et lieux de cultes juifs.

A Paris comme en province, les militaires patrouillent désormais dans les gares ou les stations de métro, stationnent devant les sièges des médias et surveillent écoles et lieux de cultes juifs. Image: Archives/photo d'illustration/AFP

Galerie photo

Carnage au sein de Charlie Hebdo

Carnage au sein de Charlie Hebdo Le 7 janvier 2015, un attentat perpétré par les frères Kouachi a fait douze morts, dont huit collaborateurs de l'hebdomadaire satirique.

Galerie photo

Charlie Hebdo - La marche républicaine à Paris en images

Charlie Hebdo - La marche républicaine à Paris en images La place de la République à Paris, point de départ de la grande «marche républicaine» contre le terrorisme, était noire de monde dimanche 11 janvier 2015, deux heures le départ du cortège.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président français a décidé de maintenir la mobilisation de 10'000 militaires déployés sur le territoire national après les attentats de Paris en janvier, la menace «terroriste» demeurant élevée, a annoncé ce mercredi 11 mars la présidence.

«La menace d'attaque terroriste contre notre pays demeurant élevée, le chef de l'Etat a décidé de maintenir l'engagement des armées sur le territoire national à hauteur de 10'000 militaires en soutien des forces de sécurité du ministère de l'Intérieur», a déclaré le palais présidentiel dans un communiqué, à l'issue d'un Conseil de Défense.

Le dispositif sera «maintenu au minimum jusqu'au début de l'été, date à laquelle il sera réévalué», a précisé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lors d'une conférence de presse.

17 morts dans les attentats djihadistes

Le communiqué de la présidence a précisé que 7000 de ces militaires «sont déployés dans la durée, principalement pour la surveillance et la protection de sites à caractère confessionnel particulièrement menacés», deux mois après les attentats djihadistes de début janvier qui avaient fait 17 morts à Paris et dans la région parisienne.

Sur ordre du président Hollande, 10'000 soldats avaient été déployés à la mi-janvier pour assurer la sécurité des «points sensibles du territoire», selon le ministère de la Défense.

A Paris comme en province, les militaires patrouillent désormais dans les gares ou les stations de métro, stationnent devant les sièges des médias et surveillent écoles et lieux de cultes juifs.

Policière abattue

Le 7 janvier, deux frères djihadistes avaient attaqué le siège de l'hebdomadaire Charlie Hebdo et tué douze personnes. Le lendemain, une policière municipale avait été abattue dans la banlieue parisienne par un de leurs complices qui, le 9 janvier, a pris en otage une vingtaine de personnes et tué quatre clients dans un magasin cacher.

(afp/nxp)

Créé: 11.03.2015, 17h37

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.