Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 22:37

Royaume-Uni Le grand argentier du Brexit sous enquête

L'homme d'affaires britannique Arron Banks est soupçonné d'avoir commis des infractions dans le financement de la campagne pour le Brexit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une enquête visant l'homme d'affaires britannique Arron Banks, grand argentier des pro-Brexit, pour irrégularités présumées dans le financement de la campagne du référendum, a été ouverte jeudi, a annoncé l'agence de lutte contre le crime organisé.

L'enquête concerne des infractions à la loi électorale.

La National Crime Agency (NCA) a précisé qu'elle faisait suite à une dénonciation de la commission électorale britannique et qu'elle se concentrerait sur Arron Banks ainsi que deux organisations liées à lui, la société Better for the Country (BFTC) et le mouvement pro-Brexit Leave.EU, dont il est le cofondateur. La patronne de ce mouvement est également visée.

La commission électorale, de son côté, s'interroge sur l'origine d'un financement de 8 millions de livres accordé sous forme de prêts par Arron Banks à BFTC, organisation qui finançait la campagne de Leave.EU.

Au moins 2,9 millions de livres ont été dépensés durant la période réglementée du référendum par Leave.EU ou donnés à d'autres groupes militant pour le Brexit.

Gibraltar et Malte

«Nous soupçonnons que l'argent donné à Better for the Country provenait de sources non autorisées et que M. Banks et Mme Bilney (...) ont sciemment dissimulé les véritables circonstances de la fourniture de cet argent», a commenté un responsable de la commission, dans un communiqué.

«Les transactions financières sur lesquelles nous avons enquêté comprennent des sociétés enregistrées à Gibraltar et l'île de Man», a-t-il ajouté, soulignant que c'est interdit par la loi électorale britannique.

Leave.EU a vu le jour en 2015 pour défendre une sortie du Royaume-Uni de l'UE, votée lors du référendum de juin 2016. Le mouvement n'avait pas été choisi par la commission électorale pour être la campagne officielle du camp des pro-Brexit mais, très présent sur les réseaux sociaux, il avait été décisif dans le vote des Britanniques en faveur du Brexit. Il reste actif aujourd'hui et milite pour un Brexit dur.

En mai, la commission électorale avait déjà infligé à Leave.EU une amende de 70'000 livres (91'000 francs) pour un dépassement du plafond des dépenses de campagne et des déclarations de dépenses incomplètes ou inexactes. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2018, 08h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.