Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 10:16

Europe Juncker craint une guerre dans les Balkans

L'échec du processus d'adhésion des pays des Balkans à l'UE menacerait la stabilité de l'Europe, selon Jean-Claude Juncker.

L'UE doit «s'occuper de façon intensive» des Balkans, déclare Juncker.

L'UE doit «s'occuper de façon intensive» des Balkans, déclare Juncker. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'UE ne devrait pas laisser s'estomper les espoirs d'adhésion des pays des Balkans. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde vendredi à Vienne contre un risque de guerre dans cette région, faute de perspective.

«Si nous volons aux Balkans la perspective d'une adhésion (...), nous y connaîtrons ce que nous avons déjà connu dans les années 1990, et ce sans doute plutôt tôt que tard», a prévu le chef de l'exécutif européen, dans une allusion aux conflits qui ont ensanglanté la région à l'époque.

M. Juncker a reconnu que «le chemin est encore long» en vue d'une intégration des pays de la zone à l'UE, les progrès encore «insuffisants» sur place ne permettant pas d'envisager d'adhésion «avant 2025» au plus tôt.

Mais l'UE doit «s'occuper de façon intensive» des Balkans. Elle ne devrait pas laisser naître l'idée «que nous ne sommes pas sérieux s'agissant des perspectives d'adhésion», alors que certains pays membres ne cachent pas leurs réticences, a-t-il souligné.

Travail de mémoire encore à faire

«Le terrain est encore fertile» pour des affrontements guerriers dans cette région, a estimé M. Juncker. Il a souligné que «le travail sur l'histoire des années 1990 n'y a pas été fait». Le président de la Commission souhaite que l'UE propose aux pays de la zone «un espace économique où ils pourront évoluer, en partie, de la même façon que lorsqu'ils seront un jour membres».

M. Juncker a toutefois insisté pour que «tous les conflits frontaliers soient résolus avant toute adhésion». Il s'agit de ne «pas importer au sein de l'UE de l'instabilité en provenance des Balkans».

L'UE a entamé des pourparlers d'adhésion avec la Serbie et le Monténégro, l'Albanie et la Macédoine devant se contenter à ce stade du statut de simples pays candidats, auquel espèrent accéder la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo.

Bosnie explosive

La question de cette ancienne province serbe qui a déclaré unilatéralement son indépendance en 2008 est considérée comme l'une des plus explosives dans les Balkans. La Bosnie-Herzégovine est de son côté la proie de tendances nationalistes, écartelée entre communautés bosniaque, serbe et croate.

M. Juncker s'exprimait devant le Parlement autrichien à l'occasion d'une visite à Vienne pour les festivités entourant le 100e anniversaire de la naissance de la République autrichienne en novembre 1918. (ats/nxp)

Créé: 05.10.2018, 15h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.