Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:03

«Charlie Hebdo» Le proche des Kouachi, arrêté en Bulgarie, renvoyé en France

Un Français proche des auteurs de l'attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo à Paris, avait été arrêté à la frontière bulgaro-turque avec son fils de 3 ans.

L'homme avait reconnu connaître un des frères Kouachi.

L'homme avait reconnu connaître un des frères Kouachi. Image: Keystone

Galerie photo

Carnage au sein de Charlie Hebdo

Carnage au sein de Charlie Hebdo Le 7 janvier 2015, un attentat perpétré par les frères Kouachi a fait douze morts, dont huit collaborateurs de l'hebdomadaire satirique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lors de l'audience d'extradition en Bulgarie, le Français de 28 ans qui devrait être présenté dans la journée à un juge antiterroriste parisien, avait admis connaître de longue date Chérif Kouachi, mais nié avoir eu connaissance de ses projets d'attaque.

Selon une source proche du dossier, rien ne permet en l'état d'établir que l'homme ait été au courant de la préparation de l'attaque menée contre Charlie Hebdo le 7 janvier à Paris. Lui-même a nié avoir eu connaissance de ces projets.

Les juges saisis des investigations sur les attentats de Paris pourraient néanmoins chercher à comprendre les raisons de son départ de France, une semaine avant ces attaques, en compagnie notamment d'un ancien djihadiste.

«Soustraction d'enfant»

L'alerte avait été donnée par l'épouse du Français, qui avait signalé au parquet de Bobigny son départ, le 30 décembre, avec leur fils de trois ans, redoutant qu'il ne cherche à gagner les zones tenues par les djihadistes en Syrie.

C'est en vertu du mandat d'arrêt délivré à son encontre pour «soustraction d'enfant» que les autorités bulgares ont pu l'intercepter, le 1er janvier, dans un bus, alors qu'il tentait de passer la frontière turque. L'enfant a été remis à sa mère.

Ce jeudi, l'homme devait être entendu par le même magistrat antiterroriste, qui est saisi d'une enquête distincte de celle sur les attentats, une procédure classique sur des soupçons de départ vers les zones djihadistes syriennes. Il risque également une mise en examen.

(afp/nxp)

Créé: 29.01.2015, 13h23

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters