Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 13:07

Allemagne La police veut assoiffer les festivaliers néonazis

La police allemande de Themar a loué la station-service où les militants risquent de s'approvisionner en alcool. L'alcool sera en outre interdit.

La ville de Themar doit accueillir vendredi et samedi plusieurs centaines de militants de la mouvance néonazie pour des concerts.

La ville de Themar doit accueillir vendredi et samedi plusieurs centaines de militants de la mouvance néonazie pour des concerts. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour empêcher la vente d'alcool en marge de concerts néonazis, la police de Themar, dans le centre de l'Allemagne, a loué pour le week-end une station-service où les militants d'extrême droite risquaient de s'approvisionner.

La ville de Themar doit accueillir vendredi et samedi plusieurs centaines de militants de la mouvance néonazie pour des concerts. La police a décidé de prendre les devants en décidant, cette semaine, de bannir totalement samedi la vente d'alcool, selon le ministre de l'Intérieur du Land de Thuringe, Georg Maier, cité dans les médias allemands.

Elle a aussi loué la station-service et située à proximité du site des concerts: «La station-service est le siège de la police et n'est pas accessible pour l'approvisionnement en boissons des néonazis», a expliqué M. Maier (SPD). Vendredi, des bières à faible teneur d'alcool (2,7 degrés) sont tolérées. La décision a reçu l'aval du tribunal administratif de Meiningen.

Ces deux jours de concerts, auxquels avaient assisté en 2017 plusieurs milliers de personnes, dont nombre venaient de l'étranger, vont donner lieu à un important déploiement policier. Plusieurs contre-manifestations sont prévues.

L'arme de la prohibition avait déjà été utilisée pour d'autres concerts de cette mouvance, comme récemment à Ostritz (Saxe). La police y avait confisqué des milliers litres d'alcool. Des habitants avaient même organisé une pénurie en achetant toute la bière vendue dans un supermarché.

La crainte de violences d'extrême droite est revenue en Allemagne au premier plan depuis le meurtre, début juin, d'un élu local pro-migrants dont le principal suspect est un militant néonazi. (afp/nxp)

Créé: 05.07.2019, 12h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.