Lundi 16 juillet 2018 | Dernière mise à jour 00:46

Londres Les meurtriers du soldat étaient connus de la police

Les services de sécurité britanniques étaient sous pression vendredi pour expliquer comment les deux meurtriers présumés avaient pu échapper à leurs filets.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les deux suspects étaient connus de la police et des services du renseignement intérieur MI5 depuis huit ans, selon le Guardian.

«Les tueurs étaient sous surveillance, alors pourquoi le MI5 n'a pas agi ?» se demandait le tabloïd Daily Express sur une double page. Les services du Premier ministre David Cameron ont reconnu que ces informations de presse n'étaient «pas fausses».

«J'ai rencontré des spécialistes de la sécurité expliquant combien il était difficile de contrôler tout le monde dans une société libre», a prévenu le ministre des Collectivités locales, Eric Pickles, vendredi sur la BBC. «Il y a un monde entre avoir des positions extrémistes et commettre un meurtre», a-t-il ajouté.

Un ancien chef du contre-terrorisme au MI6 a aussi estimé qu'il était «incroyablement difficile» de prévenir ce genre de drame. Les deux suspects «viennent probablement d'un petit groupe sans liens avec l'étranger ou sans liens plus larges au Royaume-Uni qui attireraient davantage l'attention des forces de sécurité», a estimé Richard Barrett.

Toujours à l'hôpital

«Quand est-ce qu'une personne exprimant des points de vue radicaux (...) devient un extrémiste violent ? Pour trouver des indices, (...) je pense que c'est extrêmement difficile», a-t-il ajouté.

Selon le Daily Telegraph, l'un des suspects avait été arrêté en 2006 lors d'échauffourées entre extrémistes musulmans et policiers à Londres. Selon le Times, il aurait aussi été interpellé alors qu'il tentait de se rendre en Somalie pour rejoindre les insurgés islamistes shebab. Lui et son complice présumé étaient toujours à l'hôpital vendredi, mais leur vie n'est pas en danger, selon la police. Ils ont été blessés par la police sur les lieux du drame.

Des détails ont commencé à émerger sur leur parcours. Le premier, qui revendique le meurtre sur une vidéo prise par un passant à proximité du lieu du drame, a été élevé dans une famille chrétienne d'origine nigériane au Royaume-Uni, avant de se convertir à l'islam il y a une dizaine d'années.

Volonté de représailles

Inquiets de ses fréquentations, ses parents avaient déménagé de Londres pour tenter de couper les liens que leur fils entretenait avec des gangs, mais le jeune homme était revenu dans la capitale pour étudier, selon la presse. Il distribuait des brochures appelant au Jihad, a affirmé le Times.

Leur victime, un militaire, a été renversée par un véhicule puis poignardé à mort, à proximité d'une caserne, en pleine rue de Londres mercredi, selon des témoins. Dans la vidéo filmée par un passant, un des suspects explique avoir agi en représailles au fait que «des musulmans sont tués quotidiennement par des soldats britanniques».

Après la perquisition de six adresses jeudi, Scotland Yard devait interroger vendredi deux personnes âgées de 29 ans, arrêtées la veille pour complicité de meurtre.

(ats/nxp)

Créé: 24.05.2013, 16h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.