Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 14:18

Sauvetages Pré-accord à Malte sur la répartition des migrants

Les responsables de cinq pays de l'UE devaient s'entendre sur une répartition automatique, réclamée par l'Italie, des migrants sauvés en Méditerranée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un pré-accord a été trouvé à Malte entre quatre pays de l'UE pour la mise en place d'un système de répartition automatique des migrants débarquant à Malte ou en Italie, ont annoncé à la presse les délégations à l'issue d'un mini-sommet à La Valette.

Le texte, qualifié de «base d'accord» et dont le contenu n'a pas été dévoilé en détail, sera soumis pour approbation à l'ensemble des pays de l'Union européenne lors d'un conseil européen «Affaires intérieures», au Luxembourg le 8 octobre, ont précisé les ministres de l'Intérieur des quatre pays (Allemagne, France, Malte et Italie) et la présidence finlandaise de l'UE.

Les ministres étaient réunis lundi à Malte pour s'entendre sur une répartition automatique des migrants. Ce mécanisme était réclamé par l'Italie pour mettre fin aux négociations au cas par cas à chaque sauvetage opéré en Méditerranée.

Réunis pour une journée, les ministres devaient élaborer un dispositif qui permettra aux pays européens volontaires de se répartir de façon systématique les personnes secourues en mer.

«L'Europe doit être mieux préparée et se tenir en première ligne avec des pays comme l'Italie, la Grèce, Malte, l'Espagne et Chypre», a déclaré devant la presse le commissaire européen en charge de l'immigration, Dimitris Avramopoulos, qui participe à la réunion. «Aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur la situation dans cette partie de la Méditerranée» (ndlr: la Méditerranée centrale), mais nous ne devons pas nier qu'il existe des situations similaires dans d'autres parties de la mer méditerranéenne«, a ajouté le commissaire.

Mécanisme temporaire

Ardemment réclamé par l'Italie, qui accuse ses partenaires de ne pas l'avoir soutenue face à l'afflux de migrants, le mécanisme de répartition se veut temporaire dans l'attente d'une renégociation du règlement de Dublin, qui confie aujourd'hui le traitement des demandes d'asile au pays d'arrivée.

Soutenu par plusieurs pays, à commencer par Paris et Berlin et coordonné par la Commission européenne, le nouveau système doit «garantir à l'Italie ou à Malte une organisation plus solidaire et efficace», a déclaré le président français Emmanuel Macron, lors d'un déplacement à Rome mercredi.

Paris et Rome défendront désormais au sein de l'UE «une position commune pour que tous les pays participent d'une façon ou d'une autre» à l'accueil, «ou bien soient pénalisés financièrement», selon M. Macron. Pour le premier ministre italien, Giuseppe Conte, il faut «sortir le thème de l'immigration de la propagande anti-européenne».

Avec l'arrivée du nouveau gouvernement formé par le Parti démocrate (gauche) et le Mouvement 5 Étoiles (antisystème), l'Italie a assoupli sa politique migratoire après une série de mesures anti-migrants prises par l'ancien ministre de l'Intérieur, le souverainiste Matteo Salvini.

Rome a en particulier rouvert ses ports aux navires de sauvetage en mer. Dimanche soir, l'Italie a autorisé le navire humanitaire Ocean Viking à débarquer à Messine, en Sicile, 182 migrants secourus en mer.

Les ONG SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières, qui opèrent l'Ocean Viking, ont salué cette décision mais ont jugé «urgent qu'un accord européen soit trouvé», trouvant «inacceptable que des personnes ayant survécu à une traversée très dangereuse soient bloquées pendant des jours voire des semaines avant qu'on ne leur trouve un port sûr». (ats/nxp)

Créé: 23.09.2019, 14h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.