Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:19

France Dans la tourmente, le ministre De Rugy démissionne

Au coeur d'une polémique sur des dépenses excessives, François de Rugy jette l'éponge, il est remplacé par la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Les remaniements

L'Elysée a procédé en octobre 2018 à un premier remaniement marqué par le départ de quatre ministres ou secrétaires d'Etat. En mars 2019, le nombre total de départs est monté à 14 avec les départs des ministres Nathalie Loiseau, Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi.

Les autres départs marquants

- Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, suite à des révélations du Canard enchaîné
- François Bayrou, ministre de la Justice et Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, suite à des révélations de Radio France
- Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot annonce le 28 août 2018 sans en avoir prévenu l'Elysée auparavant, qu'il quitte le gouvernement, déplorant un isolement sur ses dossiers et une influence excessive des lobbies sur l'Elysée. C'est François de Rugy qui lui succède.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après une semaine de polémiques autour de repas fastueux lorsqu'il présidait l'Assemblée, François de Rugy a démissionné mardi de son poste de ministre de l'Ecologie, immédiatement remplacé par la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Mme Borne gardera également le portefeuille des Transports, sans pour autant prendre le titre de ministre d'Etat de son prédécesseur, a précisé l'Elysée.

«La confiance que m'accordent le Président de la République et le Premier ministre est un immense honneur», a réagi sur Twitter Mme Borne. «Déterminée à poursuivre ce combat essentiel qu'est la transition écologique et solidaire. Au travail dès demain, avec @brunepoirson et @EmmWargon», a-t-elle ajouté.

M. de Rugy a décidé de quitter son poste après une série de révélations portant notamment sur des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. Il a dénoncé un «lynchage médiatique» alors qu'il s'apprêtait à défendre le projet de loi énergie et climat.

Sur Twitter, le ministre démissionnaire a confié qu'il pensait «aux mots» de François Mitterrand à l'égard de Pierre Bérégovoy, qui s'était suicidé le 1er mai 1993. L'ancien président avait alors déclaré que son Premier ministre avait été «livré aux chiens».

Emmanuel Macron a dit respecter la «décision personnelle» du ministre, englué dans une série de révélations, «pour qu'il puisse se défendre pleinement et librement», a affirmé l'Elysée à l'AFP.

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a affirmé n'avoir «aucune indication tendant à démontrer que François de Rugy a commis des actes qui sont contraires à la justice», alors que Matignon a lancé une enquête sur des faits reprochés.

Selon son entourage, le ministre a pris sa décision durant la nuit et avait en tête sa démission en se rendant mardi matin à Matignon, où il était attendu pour une réunion de travail «classique» avec Edouard Philippe.

«C'est une décision personnelle. La seule force extérieure c'est l'acharnement de Mediapart», souligne cette source.

Trente minutes avant de se présenter à l'Assemblée pour les questions au gouvernement où, contre toute attente, la démission n'a pas été abordée, M. de Rugy a fait savoir par communiqué qu'il se retirait, «trop attaché à l'écologie pour accepter que (notre) action écologique soit affaiblie par des mises en cause personnelles incessantes».

Plainte

«La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d'assumer sereinement et efficacement la mission que m'ont confiée le président de la République et le Premier ministre», a encore mis en avant M. de Rugy.

M. de Rugy, âgé de 45 ans, s'est aussi indigné contre «la volonté de nuire, de salir, de démolir» de Mediapart qui a en premier dévoilé mardi dernier ses agapes dispendieuses lorsqu'il était président de l'Assemblée entre juin 2017 et septembre 2018. En ce sens, le député de Loire-Atlantique a affirmé avoir déposé mardi matin «une plainte pénale en diffamation» contre le site d'investigation. Dénonçant des attaques sur la base de «photos volées, de ragots», M. de Rugy s'est aussi dit «soumis à un feu roulant de questions nouvelles et contraint de parer sans cesse à de nouvelles attaques».

«Ce n'est pas parce que des médias le disent, qu'il faut le croire forcément», a renchéri Sibeth Ndiaye.

Edwy Plenel cofondateur et dirigeant de Mediapart a dit avoir envoyé lundi des questions au ministre sur une nouvelle enquête, mise en ligne mardi, à propos de l'utilisation de ses frais professionnels en tant que député. Il attendait ses réponses pour 14h00, au lieu desquelles il a reçu l'annonce de sa démission. «L'information a été plus forte que la communication», s'est félicité le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi, auteur de ces enquêtes.

Elus «inquiets»

Une source gouvernementale indique que «c'est une décision à laquelle on ne s'attendait pas» et l'explique par le fait que «la pression médiatique se tasse mais ne retombe pas» et que des élus se disent «inquiets» de ce qu'ils entendent dans leurs circonscriptions.

Outre la dizaine de repas organisés à l'hôtel de Lassay, M. de Rugy est également soumis à une «inspection» du secrétaire général du gouvernement pour des travaux dans son logement de fonction.

D'autres révélations embarrassantes se sont succédé, concernant notamment le logement HLM de sa directrice de cabinet qu'il a limogée illico, ou la participation à un dîner «hors agenda» avec des lobbyistes du monde de l'énergie.

La démission de M. de Rugy, 11 mois après celle fracassante de Nicolas Hulot, place de noueveau dans l'embarras Emmanuel Macron qui a fait de la préservation de l'environnement l'un des marqueurs forts de la suite de son quinquennat.

Sa secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon a défendu à sa place mardi au Sénat le projet de loi énergie et climat, indiquant qu'elle «assurerai(t) la continuité de l'Etat» pour que les débats puissent se dérouler «dans les meilleures conditions possibles».

Pour son autre secrétaire d'Etat Brune Poirson, «plus que jamais au travail», M. de Rugy «souhaite continuer à se défendre, et par là-même il protège le gouvernement, il protège le ministère», a-t-elle dit à BFMTV.

«Légèreté»

Le chef des députés LREM Gilles Le Gendre a aussi salué une démission qui vise à «protéger (la) majorité». Son homologue au Sénat François Patriat l'a qualifiée «de bon sens, même s'il y a une forme d'injustice». Il s'agit de la décision d'un homme «à bout», selon la députée Olivia Grégoire.

Barbara Pompili, députée LREM et proche de François de Rugy, a cependant déploré sa «légèreté dans la gestion des moyens publics».

Les responsables politiques ont tous stigmatisé le «décalage» entre le discours du ministre «chantre de la vertu» et la réalité, à l'instar de la vice-présidente de l'Assemblée LR Annie Genevard, «en colère» parce que «cette affaire réduit un peu plus le crédit qu'ont les hommes politiques auprès des Français». (afp/nxp)

Créé: 17.07.2019, 05h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.