Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 05:35

Outrances verbales La ministre noire italienne victime d'insultes racistes

Première femme d’origine africaine de l’histoire de l’Italie à accéder au rang de ministre, Cécile Kyenge Kashetu a été victime d’insultes racistes au Parlement, quelques jours après son entrée en fonction.

Cécile Kyenge Kashetu, ministre de l’Intégration dans le nouveau gouvernement d’Enrico Letta, connaît un début de mandat pénible.

Cécile Kyenge Kashetu, ministre de l’Intégration dans le nouveau gouvernement d’Enrico Letta, connaît un début de mandat pénible. Image: Keystone

Portrait de la première ministre noire en Italie

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A peine nommée ministre de l’Intégration dans le gouvernement d’Enrico Letta, Cécile Kyenge Kashetu, originaire de la République démocratique du Congo (RDC) avait déclaré être consciente des difficultés qui l’attendaient, rapporte le site d’informations Slate Afrique: «Je rencontrerai probablement des résistances, nous devrons beaucoup travailler pour y arriver». La nouvelle ministre ne croyait pas si bien dire. Le combat contre «le racisme institutionnel», une de ses priorités, est plus que jamais d’actualité dans la Péninsule.

Mais comme le souligne La Repubblica personne ne se doutait que tout cela arriverait aussi rapidement. A l’occasion de sa première apparition au Parlement en tant que membre du gouvernement, Cécile Kyenge Kashetu a dû subir une véritable volée de bois vert.

«Termes inadmissibles»

La Repubblica parle de «termes inadmissibles», la ministre s’était fait traitée de «singe congolais, Kyenge zulu, négresse, vilaine petite noire et même ministre bonga-bonga…».

Le quotidien italien rapporte que le président de la chambre des députés a aussitôt réagi en demandant de ne pas confondre liberté d’expression et incitation à la haine raciale.

Un parlementaire de la Ligue du Nord, Mario Borghezio, s’en est également pris à la ministre noire lors d’une émission de radio l’accusant de vouloir imposer «des traditions tribales» en Italie. Il a aussi ajouté que les Africains n’avaient «pas produit de grands gènes», rapporte Reuters.

Déchaînement sur les réseaux sociaux

En tournée européenne au moment de l’incident, Enrico Letta, le tout nouveau président du Conseil, n’a pas encore officiellement fait part de sa désapprobation.

Par ailleurs, La Repubbica indique que, en plus des députés, plusieurs groupes racistes et xénophobes se déchaînent aussi sur les réseaux sociaux, réservant toutes sortes de noms d’oiseaux à la nouvelle ministre de… l’Intégration.

Créé: 02.05.2013, 15h56