Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Basket La mort d'un supporteur tué en Turquie indigne la Serbie

Ce meurtre représente une première pour un match d'Euroligue de basket. Des incidents ont opposé «des supporteurs de l'Etoile rouge qui n'avaient pas de billets (...) et des supporteurs de Galatasaray», précise la police.

Le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic a appelé son homologue turc Ahmet Davutoglu.

Le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic a appelé son homologue turc Ahmet Davutoglu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un supporteur serbe de l'Etoile rouge de Belgrade a été tué vendredi à Istanbul lors d'affrontements avec des partisans de Galatasaray, une première pour un match d'Euroligue de basket qui a suscité l'indignation en Serbie.

La victime, Marko Ivkovic, âgé de 25 ans, a reçu un coup de couteau à la poitrine lors de violentes échauffourées survenues devant la salle où s'est plus tard déroulée la rencontre, avant de décéder quelques heures plus tard à l'hôpital.

Selon la police stambouliote, ces incidents ont opposé «des supporteurs de l'Etoile rouge qui n'avaient pas de billets (...) et des supporteurs de Galatasaray».

Stupéfaction en Serbie

«Les deux groupes se sont lancé des pierres et des bouteilles mais la police les a tenus séparés. Il apparaît qu'un supporteur a été poignardé et est décédé alors que les supporteurs de l'Etoile Rouge étaient éloignés de la salle. Une enquête a été lancée pour déterminer les circonstances de cet incident», a ajouté la police turque.

Les chaînes d'information turques ont diffusé samedi des images d'amateurs montrant de violentes bagarres entre supporteurs rivaux et l'intervention de la police.

Le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic s'est déclaré «stupéfait par ce meurtre odieux» et s'en est immédiatement entretenu au téléphone avec son homologue turc Ahmet Davutoglu, a indiqué le gouvernement serbe.

Premier incident de ce type

«La Serbie demande (aux autorités turques) d'identifier et d'arrêter immédiatement le meurtrier et de le punir de façon la plus sévère», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Selon les autorités turques, M. Davutoglu a regretté la mort du supporteur serbe et promis que les autorités de son pays allaient «tout faire» pour trouver son meurtrier.

L'Euroligue a elle aussi condamné la «violence absurde» qui a conduit à la mort du jeune Serbe, précisant qu'elle était le premier incident de ce type recensé dans son histoire.

Galatasaray clame sa bonne foi

«Cette tragédie va à l'encontre de l'esprit véritable du sport», a renchéri le patron de l'Euroligue, Jordi Bertomeu.

De son côté, Galatasaray a assuré que ses supporteurs n'avaient «rien à voir» avec la mort du jeune Serbe.

«Nous voulons souligner une fois de plus que la violence, contraire aux principes du sport, est inacceptable, d'où qu'elle vienne et quelle que soit sa forme», a souligné le club turc dans un communiqué.

Tensions avec la Serbie

Selon l'agence de presse officielle serbe Tanjug, le chef du gouvernement serbe a également dit à M. Davutoglu que l'entraîneur de Galatasaray, Ergin Ataman, n'était plus le bienvenu en Serbie car il avait, selon lui, accusé le jeune homme tué et tous les supporteurs serbes de «terrorisme».

Tanjug a affirmé que les incidents avaient éclaté lorsque quelque 400 supporteurs serbes avaient été empêchés d'acheter des billets pour suivre la rencontre.

«Il y a avait encore des places libres (...) mais, quand le club (turc) a appris que les supporteurs serbes arrivaient, il a annoncé en coopération avec la police que tous les billets avaient été vendus», a accusé le président de l'Etoile rouge, Nebojsa Covic.

La Turquie habituée

«L'organisation du match était honteuse, le comportement de la police était honteux. Ils étaient au courant de ce qui pouvait se passer», a déploré M. Covic dans la presse serbe, affirmant avoir «tout fait pour éviter ces incidents».

Malgré ces incidents, le match a eu lieu et s'est soldé par une défaite de l'Etoile rouge après prolongation (110-103).

Comme au football, les incidents entre clubs rivaux de basket sont fréquents en Turquie. En 2012, de violentes échauffourées avaient déjà opposé des supporteurs de Galatasaray et des fans de l'Olympiakos Le Pirée venus à Istanbul suivre la finale de l'Euroligue contre le CSKA Moscou. (smk/afp/nxp)

Créé: 22.11.2014, 14h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.