Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 17:39

France Moules: la psychose inutile de la toxine paralysante

Les coquillages Marédoc, rappelés chez Carrefour et Intermarché, étaient parfaitement comestibles. L'entreprise française qui les a fournis se fait lyncher. Pour rien.

Les produits rappelés par précaution par la société Marédoc portaient le numéro de lot 107292 (sacs chez Intermarché) et le numéro 10732947 (barquettes chez Carrefour).

Les produits rappelés par précaution par la société Marédoc portaient le numéro de lot 107292 (sacs chez Intermarché) et le numéro 10732947 (barquettes chez Carrefour). Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si vous avez passé la frontière pour aller faire vos achats en France voisine et si vous avez craqué pour des moules de corde labellisées Marédoc chez Intermarché ou Carrefour, ne paniquez pas. Non détruite par la cuisson, la toxine paralysante PSP – pour Paralytic Shellfish Poisoning –, ne vous enverra ni à l'hôpital ni à la morgue. Sa présence dans les mollusques incriminés était bien en deçà des valeurs tolérées par le Règlement européen en matière d'hygiène agroalimentaire.

«Aucun risque sanitaire avéré»

Contactée par «Le Matin», la responsable Qualité de l'entreprise française Marédoc, Cyrielle Brault, est atterrée par l'ampleur qu'ont pris ces deux retraits-rappels du lundi 3 juin auprès des distributeurs. 210 kg de moules suspectes avaient été livrés chez Carrefour par barquettes de 1,4 kg et 190 kg chez Intermarché par sacs de 10 kg.

«À la base, l'alerte aux PSP a été donnée par les services de l'État français. Nous avons reçu une demande de leur part. Nous avons fait le nécessaire et appliqué le principe de précaution en effectuant les rappels de nos produits, explique la spécialiste Qualité. Des analyses officielles ont été réalisées a posteriori. Les résultats indiquent qu'il y avait 313 microgrammes de PSP par kilogrammes de chair de moules, alors que le seuil de tolérance s'élève à 800. En clair, à aucun moment, il n'y a eu un risque sanitaire avéré.»

Entreprise bousculée

Depuis, l'entreprise basée à Frontignan (Hérault), près de Sète, et à Loupian à côté du bassin de Thau, tente d'éteindre l'incendie qui ressemble davantage à un pétard mouillé. À ce jour, aucun consommateur ne s'est plaint ou n'a dû consulter après avoir consommé des moules, provenant des deux lots identifiés et rappelés parce que potentiellement contaminés.

Le codirecteur de Marédoc, Vincent Mauzac, insiste: «Nos moules n'ont jamais fait courir le moindre risque aux consommateurs. Nous sommes vraiment surpris de voir cet emballement et la diffusion de cette information qui nous cause beaucoup de tort. Aucun média ne nous a contactés pour connaître le résultat des analyses...» Les conséquences se font déjà sentir: certains clients ont fait savoir qu'ils se fourniraient ailleurs.

Ces toxines qui font trembler

Si elle est ingérée en trop grande quantité, la toxine PSP peut s'avérer dangereuse. Les symptômes surviennent dans les 5 à 30 minutes: maux de tête, nausées, vertiges, perturbation de la motricité ou encore incohérence de la parole, voire risque de décès par paralysie des muscles respiratoires.

Les PSP sont produites par des microalgues que l'on trouve en Bretagne ou en Languedoc-Roussillon. Le mardi 4 juin, au lendemain du rappel produit de Marédoc, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) donnait l'alerte sur la présence de pinnatoxines dans les moules de lagunes méditerranéennes, en particulier dans l'Hérault. Ces biotoxines marines pourraient, elles aussi, provoquer des effets neurotoxiques aigus.

evelyne.emeri@lematin.ch (Le Matin)

Créé: 12.06.2019, 17h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.