Jeudi 2 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:54

Présidentielle française Le Front national arbitrera le second tour

Les électeurs de l’extrême droite se retrouvent arbitres du second tour de l’élection présidentielle du 6 mai, après le score historique dimanche de Marine Le Pen (18%), qui ne devrait donner aucune consigne de vote.

Pour avoir une chance de l’emporter, Sarkozy doit récupérer la grande majorité des électeurs de Marine Le Pen qui a fait un score historique dimanche.

Pour avoir une chance de l’emporter, Sarkozy doit récupérer la grande majorité des électeurs de Marine Le Pen qui a fait un score historique dimanche. Image: AFP

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La dirigeante du Front national a obtenu 6,4 millions de voix, près d’un million de plus que le meilleur total jamais atteint par son père Jean-Marie lorsqu’il avait affronté Jacques Chirac au second tour en 2002.

Elle a enregistré des scores particulièrement élevés dans la place forte de l’extrême droite, le sud-est, où le discours du Front national (FN) contre l’immigration, l’islam et l’insécurité fait recette depuis 25 ans. Un discours qu’elle a renouvelé pendant la campagne en mettant surtout en avant les valeurs de la laïcité et de la République, afin de "dédiaboliser" son parti.

Elle est aussi souvent arrivée en seconde position derrière François Hollande sur les anciennes terres industrielles du nord et de l’est où elle est bien implantée maintenant auprès d’un électorat plus populaire et également sensible à son discours protectionniste et anti-européen.

Enfin elle a fait une percée dimanche dans des zones semi-rurales, comme dans l’est de la région parisienne, où elle dépasse 40% dans des villages à moins de 50 km de la capitale. Son électorat s’élargit, avec une forte proportion d’ouvriers, d’employés, de jeunes non diplômés mais aussi de classes moyennes qui ont peur du "déclassement social".

Récupération

Pour avoir une chance de l’emporter, Nicolas Sarkozy doit donc récupérer la grande majorité de ces électeurs, dont une partie avaient voté pour lui en 2007, séduits par son discours sur le travail et le pouvoir d’achat mais qui ont été fortement déçus par son quinquennat.

Selon les sondages réalisés dimanche soir, au maximum les deux tiers des électeurs de Marine Le Pen disent qu’ils voteraient Nicolas Sarkozy, alors que le candidat de la droite aurait besoin "d’un report de 80%", analyse le politologue Pascal Perrineau.

Et près de 20% pourraient voter François Hollande qui a dit vouloir "entendre" des "électeurs qui ont pu aller sur ce vote par colère". "Le Front national a été alimenté par la crise, les promesses non tenues, par la faillite morale", a renchéri la patronne du Parti socialiste Martine Aubry.

La tâche de Nicolas Sarkozy sera d’autant plus difficile que Marine Le Pen n’a aucune intention de l’aider, bien au contraire. Si elle attendra le 1er mai pour exprimer sa position lors du défilé traditionnel du Front National à Paris en l’honneur de Jeanne d’Arc, son choix est déjà connu.

«Ni Sarko, ni Hollande»

Les consignes ne pourraient pas être autre chose que "ni Sarkozy, ni Hollande", a reconnu le numéro deux du parti Louis Aliot. Son directeur de campagne Florian Philippot a dit ne pas pouvoir "choisir entre deux candidats interchangeables".

Car les dirigeants du Front national misent sur une défaite du président pour tenter de faire exploser le parti présidentiel UMP lors des législatives des 10 et 17 juin et recomposer la droite. "Sarkozy a perdu", lançait dès dimanche soir Jean-Marie Le Pen, père de la candidate et chef historique de l’extrême droite. "Nous sommes désormais la seule véritable opposition à la gauche", a clamé Marine Le Pen.

Même si le scrutin majoritaire lui est particulièrement défavorable (le parti n’a aucun député actuellement), le Front national espère devancer la droite au premier tour des législatives dans une circonscription sur cinq et convaincre ainsi certains candidats de l’UMP de se rallier à elle.

Le parti pourrait ainsi obtenir quelques députés, dont Marine Le Pen qui a réalisé 35% à Hénin-Baumont (nord) où elle sera candidate, et sortir du ghetto où son rôle protestataire l’a cantonné jusqu’ici. (afp/nxp)

Créé: 23.04.2012, 12h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.