Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 01:26

VATICAN Le pape veut «une Eglise pauvre, pour les pauvres»

Le pape François a affirmé à la presse qu'il voulait «une Eglise pauvre et pour les pauvres». Il a aussi expliqué pourquoi il avait choisi le patronyme de Saint François d'Assise, «symbole de paix, d'austérité et d'assistance aux pauvres».

Le pape François, le 16 mars 2013.

Le pape François, le 16 mars 2013. Image: AFP

Un délai de réflexion sur la Curie

Le pape François ne bouleversera pas la Curie dans l'immédiat. Il a décidé de maintenir à leur poste tous les responsables de la Curie, le temps qu'il réfléchisse à d'éventuelles réformes au sein de l'administration du Vatican, a annoncé samedi le Saint-Siège.

«Le Saint-Père souhaite en fait s'accorder une période de réflexion, de prière et de dialogue avant de procéder à toute nomination ou confirmation définitive», écrit le Vatican dans un communiqué.

Les responsables des différents départements de la Curie vont «provisoirement conserver leurs postes respectifs jusqu'à ce qu'il en soit décidé autrement».

Certains observateurs de l'Eglise catholique s'attendaient à ce que le pape François, élu mercredi, procède rapidement à des changements au sein de la Curie, qui serait agitée par des luttes de pouvoir sur fond de soupçons de corruption.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau pape François s'est fait l'avocat d'une «Eglise pauvre pour les pauvres» samedi, au cours d'une rencontre avec des milliers de représentants de la presse.

Le souverain pontife a expliqué aux journalistes pourquoi il avait choisi le patronyme de Saint François d'Assise, symbole de paix, d'austérité et d'assistance aux pauvres. «François est le nom de la paix, et c'est ainsi que ce nom est venu dans mon coeur», a-t-il raconté.

«Durant l'élection, j'étais à côté de l'archevêque de Sao Paulo Claudio Hummes, un grand ami (...) Quand les choses sont devenues dangereuses, il m'a réconforté et quand les votes ont atteint les deux tiers (le seuil pour être élu, NDLR), il m'a serré dans ses bras, embrassé et m'a dit: 'Et n'oublie pas les pauvres!'».

«Immédiatement, en relation avec les pauvres, j'ai pensé à François d'Assise (...) l'homme de la pauvreté, l'homme de la paix», a-t-il dit. «Comme je voudrais une Eglise pauvre, pour les pauvres», a-t-il ajouté.

Journalistes séduits

Depuis son élection, le pape a multiplié les signes de sa volonté de présider à un style différent à la tête de l'Eglise catholique. Le soir même de son élection, il a ignoré la limousine mise à sa disposition et préféré prendre la navette avec les autres cardinaux quittant la chapelle Sixtine. Le lendemain, il est retourné à l'hôtel où il était descendu avant le conclave régler sa note.

Séduisant les journalistes par sa simplicité et son sens de l'humour, comme autrefois Jean Paul II, le pape a été applaudi à plusieurs reprises par son parterre d'invités et de journalistes.

Le pape François n'a pas répondu aux questions des journalistes, se contentant de faire un discours puis il a salué un groupe tiré au sort. Il a aussi tenu à remercier les représentants de la presse pour leur travail depuis la démission de Benoît XVI.

Vérité, beauté et bonté

Au cours de son audience, le pape argentin a encore insisté sur le fait que les catholiques devaient garder à l'esprit que c'est le Christ qui est au centre de l'Eglise, et non le pape. L'Eglise catholique, comme toute institution, a «des vertus et des péchés», a-t-il insisté.

Aux journalistes, il a demandé de se concentrer sur «la vérité, la bonté et la beauté». «Nous sommes appelés tous, non pas à communiquer nous-mêmes, mais à communiquer cette triade essentielle», a-t-il souligné.

«Les événements de l'Eglise sont sûrement plus compliqués que les événements politiques ou économiques (...) Ils répondent à une logique qui n'appartient pas aux choses matérielles. C'est pourquoi il n'est pas facile de les interpréter, de les communiquer à un public vaste et varié», a-t-i estimé. (ats/nxp)

Créé: 16.03.2013, 15h50

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.