Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:35

Massacre Le président serbe s'excuse «à genoux» pour Srebrenica

Le président serbe Tomislav Nikolic s'est excusé «à genoux» pour ce massacre commis par les forces serbes en juillet 1995, en évitant cependant d'employer le mot «génocide».

Le président serbe Tomislav Nikolic.

Le président serbe Tomislav Nikolic. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président serbe Tomislav Nikolic, qui avait provoqué une vive émotion en juin dernier en niant le génocide de Srebrenica, a fait un volte-face inattendu. Il s'est excusé «à genoux» pour ce massacre commis par les forces serbes en juillet 1995, en évitant cependant d'employer le mot «génocide».

«Je m'agenouille et demande que la Serbie soit pardonnée pour le crime commis à Srebrenica», a déclaré Tomislav Nikolic, selon les extraits mis en ligne sur YouTube d'une interview accordée à la télévision nationale bosnienne BHT, qui sera diffusée le 7 mai.

«Je m'excuse pour les crimes qui ont été commis au nom de notre État et de notre peuple par un quelconque individu issu de notre peuple», a-t-il poursuivi.

Dans l'interview à la BHT, le dirigeant serbe est sur le point de prononcer le mot «génocide» lorsqu'il présente ses excuses, avant de s'interrompre et de modifier ses propos pour rester sur le terme «crime».

«Malgré tout le mal qui a eu lieu, nous devons regarder vers l'avenir car c'est dans l'intérêt de nos citoyens», a déclaré cette source du cabinet de M. Nikolic. Les propos du président serbe, publiés sur le site de partage de vidéos, ont été confirmés à l'AFP par une source de la présidence serbe.

Sincérité mise en doute

La présidente de la principale association des mères de Srebrenica, Munira Subasic, a déclaré ne «pas être convaincue de la sincérité» de Tomislav Nikolic.

«Nous n'avons pas besoin que quelqu'un se mette à genoux pour demander pardon. Nous voulons entendre le président serbe et la Serbie prononcer le mot génocide. C'est seulement alors que nous allons croire que c'est un geste sincère», a déclaré Mme Subasic.

Tomislav Nikolic, un nationaliste populiste qui a adopté récemment un discours beaucoup plus pro-européen, avait provoqué en juin 2012 une vive émotion en Bosnie et dans les pays Occidentaux en déclarant au lendemain de son investiture, qu'«il n'y a pas eu de génocide à Srebrenica».

Son prédécesseur Boris Tadic s'était excusé auprès des familles des victimes de Srebrenica lorsqu'il s'y est rendu en 2005 pour la commémoration du massacre, tout en évitant lui aussi d'employer le terme génocide.

Fin mars 2010, le Parlement serbe avait adopté une résolution condamnant le massacre. Il s'agissait de la première condamnation officielle du Parlement serbe, près de 15 ans après la tuerie.

Quelque 8000 hommes tués

En juillet 1995, vers la fin du conflit inter-communautaire de Bosnie (1992-95), les forces serbes de Bosnie ont massacré environ 8000 hommes et adolescents musulmans à Srebrenica, la pire tuerie commise en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

Ce massacre a été qualifié de génocide par les instances judiciaires internationales. Quelque 5650 victimes ont été exhumées de fosses communes, identifiées et enterrées à ce jour dans un centre mémorial à Potocari, une localité proche de Srebrenica. (ats/nxp)

Créé: 25.04.2013, 14h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.