Mardi 28 janvier 2020 | Dernière mise à jour 17:41

Pauvreté Produits d'hygiène: 3 millions de Français se privent

Un sondage montre que de nombreux citoyens n'ont pas les moyens de s'acheter du savon, du dentifrice, du papier toilette ou des protections hygiéniques.

Savon, shampoing, papier toilette: pour 3 millions de Français, la vie est très difficile.

Savon, shampoing, papier toilette: pour 3 millions de Français, la vie est très difficile.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois millions de français se privent de produits d'hygiène de base, et 1,7 million de femmes ne disposent pas de suffisamment de protections hygiéniques, selon un sondage conduit par l'Ifop pour l'association Dons Solidaires.

«Les associations font face à un déficit chronique en produits d'hygiène de base» tels que le savon, le dentifrice, les couches, le papier toilette, souligne Dominique Besançon, déléguée générale de cette association qui collecte les invendus des entreprises pour les remettre au secteur caritatif.

Grande précarité

La grande précarité est synonyme de mal-logement, de malnutrition et de manque d'accès aux soins et l'hygiène reste un sujet méconnu, observe-t-elle. Pourtant, les gels douche, les couches et la lessive sont les produits les plus demandés parmi les produits non alimentaires, observe-telle.

La moitié des bénéficiaires d'aides des associations renonce à l'achat de lessive et déclare mettre les vêtements plus longtemps pour économiser sur le lavage, selon l'Ifop, qui a interrogé 700 personnes en grande précarité à travers le réseau de solidarité (foyers d'hébergement, banques alimentaires, épiceries solidaires etc.).

38% utilisent du gel douche ou des produits de vaisselle pour faire la lessive à la main. Les couches et protections hygiéniques sont particulièrement chères et les populations précaires biaisent pour les économiser. «Quelques fois, il n'y en a pas à l'épicerie sociale, je suis obligée de patienter deux jours avec un papier toilette», a confié lors d'entretiens individuels Leïla, 26 ans.

Pas de couches pour les bébés

Si elles n'en obtiennent pas à travers les services d'aide sociale, 34% des familles précaires renoncent à acheter des couches. 30% déclarent changer le bébé moins souvent que nécessaire. Flora, 28 ans, ne met des couches à son bébé que la nuit pour les économiser.

L'Ifop a également interrogé la population générale (1.500 personnes représentatives de 18 ans et plus). 20% des personnes renoncent parfois à sortir en raison du malaise qu'elles ressentent lié à leur apparence.

L'apparence peut être un handicap sérieux pour la recherche d'emploi, les relations sociales. Ainsi, 17% des femmes bénéficiaires d'associations renoncent à sortir parce qu'elles ne disposent pas de protection hygiénique et leurs filles peuvent être amenées pour 10% d'entre elles à sécher les cours.

Dons solidaires, qui collecte 6 millions de produits par an appelle ses partenaires (industriels, grande distribution, associations) à renforcer les efforts sur les produits d'hygiène. (afp/nxp)

Créé: 19.03.2019, 12h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.