Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 11:46

Algérie Des ravisseurs de l'otage français décapité identifiés

Le parquet a requis des mandats d'arrêt à l'encontre des ravisseurs identifiés.

Galerie photo

Hommage à l'otage français assassiné en Algérie

Hommage à l'otage français assassiné en Algérie Des milliers de personnes se sont rassemblées à Nice pour un hommage à Hervé Gourdel, l'otage français tué en Algérie.

Galerie photo

La progression du groupe Etat islamique

La progression du groupe Etat islamique La fulgurante progression des djihadistes sunnites du groupe Etat islamique (EI) met en péril la sécurité de toute la région.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des ravisseurs de l'otage français Hervé Gourdel décapité en Algérie ont été identifiés, a annoncé mardi 30 septembre le ministre algérien de la Justice Tayeb Louh. Parallèlement, le groupe responsable de l'exécution, Jund al-Khilafa (les soldats du califat), a renouvelé son allégeance à l'EI.

«Les premiers éléments de l'enquête ont permis d'identifier certains des membres du groupe terroriste auteurs» de l'enlèvement et de l'assassinat d'Hervé Gourdel, a déclaré le ministre de la Justice Tayeb Louh à la télévision publique.

Ce guide de haute montagne de 55 ans avait été enlevé le 21 septembre à une centaine de kilomètres à l'est d'Alger par Jund al-Khilafa. Ce groupe l'a ensuite décapité en représailles à l'engagement de la France, aux côtés des Etats-Unis, dans les frappes aériennes contre l'EI en Irak.

Le groupe a, par ailleurs, posté mardi une vidéo dans laquelle il renouvelle son allégeance à l'EI.

Mandats d'arrêt

L'enquête sur l'enlèvement et l'assassinat a été confiée dimanche à un juge d'un tribunal d'Alger. Celui-ci est spécialisé dans les affaires de terrorisme et le crime organisé, a précisé Tayeb Louh.

Le parquet a requis des mandats d'arrêt à l'encontre des ravisseurs identifiés et une commission rogatoire pour «déterminer le lieu d'où a été postée la vidéo (de l'exécution) sur internet», a précisé le ministre. Intitulée «Message de sang pour le gouvernement français», elle avait été mise en ligne le 24 septembre sur des sites djihadistes .

La justice a également ordonné une commission rogatoire afin d'identifier les autres membres du groupe, a-t-il ajouté.

(ats/nxp)

Créé: 01.10.2014, 08h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.