Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:28

France Le livre de Trierweiler s'attire les foudres de la gauche

Les responsables politiques ont défendu jeudi François Hollande, cible des attaques de Valérie Trierweiler dans un livre intitulé «Merci pour ce moment». Selon Ségolène Royal,«c'est n'importe quoi !»

Le livre de Valérie Trierweiler «Merci pour ce moment» est sorti en librairies jeudi.

Le livre de Valérie Trierweiler «Merci pour ce moment» est sorti en librairies jeudi.

Galerie photo

L'affaire Hollande-Gayet

L'affaire Hollande-Gayet La vie du président français a basculé entre le 10 janvier 2014, révélations de Closer, et le 25 du même mois, où il a annoncé sa séparation avec Valérie Trierweiler.

Galerie photo

Les Unes sur la relation entre Hollande et Gayet

Les Unes sur la relation entre Hollande et Gayet Les médias se sont immédiatement emparés de la révélation vendredi, par le magazine français Closer, d'une liaison prêtée au président français François Hollande avec Julie Gayet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face à la déferlante d'accusations de Valérie Trierweiler dans son livre paru jeudi, l'exécutif français, Ségolène Royal et Manuel Valls en tête, a lancé une vaste contre-offensive. Les responsables politiques de la majorité discréditent l'ouvrage, présenté comme une grotesque charge contre François Hollande.

Mère des quatre enfants du président dont elle a partagé la vie pendant une trentaine d'années, jusqu'en 2007, et ministre de l'Environnement, Ségolène Royal s'est emportée la première, balayant d'un «c'est n'importe quoi !» l'assertion de Valérie Trierweiler. «C'est le contraire de l'engagement politique d'un grand responsable de gauche, socialiste», a-t-elle répliqué.

La ministre en veut pour preuve l'action de François Hollande en faveur «des plus précaires» et des «anciens» lorsqu'il était à la tête du conseil général de Corrèze.

Quelques lignes de «Merci pour ce moment», l'ouvrage de l'ex-compagne du chef de l'Etat, ont déchaîné une tempête de réactions outrées. «Il s'est présenté comme l'homme qui n'aime pas les riches. En réalité, le président n'aime pas les pauvres. Lui, l'homme de gauche, dit en privé : 'les sans-dents' très fier de son trait d'humour», a écrit Valérie Trierweiler.

«Attaques outrancières»

En l'absence de réaction de l'Elysée, c'est le premier ministre Manuel Valls qui a volé jeudi au secours du président, dénonçant au détour d'un déplacement de rentrée des «attaques outrancières» et un «mélange de la vie publique et de la vie privée» qui «abaisse le débat».

Secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, Thierry Mandon a laissé lui aussi éclater sa colère: «Je me fiche de ce que pense Mme Trierweiler qui fait beaucoup de mal à la vie publique en faisant ce livre, qui fait beaucoup de mal au métier de journaliste, qui finalement semble nous produire une sorte de marivaudage de supermarché dont on se serait bien passé».

«Il suffit d'aller à Tulle, d'aller en Corrèze, de regarder un certain nombre de décisions qu'il a prises dans ce quinquennat pour les plus fragiles pour se rendre compte que tout cela est une triste farce», a-t-il encore argué.

Une «embûche supplémentaire»

François Hollande a même trouvé un «frondeur» pour le soutenir en la personne de Jérôme Guedj qui «ne croit pas» à la formule des «sans-dents» venant d'un «militant socialiste qui a l'égalité chevillée au corps».

Quant à la présidente du Front national, Marine Le Pen, elle considère l'ouvrage comme «un déshonneur pour la France qui touche autant celle qui parle que celui dont elle parle» et un «concours d'indécence».

Reste à en mesurer les effets sur l'opinion. Pour le politologue Jérôme Saint-Marie, «contrairement à Nicolas Sarkozy auquel on reprochait d'exposer sa vie privée, François Hollande n'est pas à l'initiative de ce mélange des genres».

Jérôme Fourquet (Ifop) y voit pour sa part une «embûche supplémentaire» susceptible «d'affecter l'une des seules cartes qui restait au président, «son capital de sympathie (...) et de proximité avec les Français». (ats/nxp)

Créé: 04.09.2014, 15h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.