Lundi 16 juillet 2018 | Dernière mise à jour 00:46

Londres Deux complices des meurtriers du soldat ont été arrêtés

Deux autres personnes, un homme et une femme de 29 ans, ont été arrêtées jeudi pour complicité de meurtre au lendemain de l'attaque mortelle contre un militaire britannique à Londres.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les deux complices sont interrogés dans un commissariat de Londres.

Les deux auteurs présumés de l'attentat avaient déjà été interpellés sur les lieux du drame mercredi.

La police britannique a également annoncé qu'elle déployait 1200 policiers supplémentaires dans les rues de la capitale britannique afin de rassurer la population.

Les agents supplémentaires vont être dirigés «dans des emplacements clés parmi lesquels les sites religieux, les transports en commun et les zones d'affluence», a expliqué Scotland Yard.

Les tueurs sont nigérians

Les autorités britanniques ont établi que les deux hommes accusés du meurtre à l'arme blanche d'un soldat dans une rue de Londres sont des Britanniques d'origine nigériane, a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête.

Cet acte, dénoncé tant par le Premier ministre David Cameron que les autorités musulmanes, semble être le fait d'auteurs isolés.

L'un des deux hommes, âgé de 28 ans, a été identifié par des proches comme étant Michael Adebolajo, né en Grande-Bretagne. La police a perquisitionné jeudi dans la demeure de sa famille dans un village proche de Lincoln, dans l'est de l'Angleterre, ainsi que dans d'autres maisons de la région.

Anjem Choudary, l'un des chefs religieux musulmans les plus en vue de Grande-Bretagne, a déclaré qu'Adebolajo était connu par ses coreligionnaires comme un «moudjahid» (un combattant en arabe).

Le Premier ministre, David Cameron, a de son côté précisé que les deux suspects, interpellés après avoir été blessés par la police, étaient connus des services de renseignements. Une enquête de routine sera menée pour vérifier si ces services avaient bien fonctionné.

Selon la presse britannique, les deux hommes, qui ont crié des slogans islamistes pendant et après l'assassinat mercredi, semblent avoir été élevés dans la religion chrétienne avant de se convertir à l'islam.

«Loups solitaires»

Cette attaque renforce la thèse du danger couru par les habitants des grandes villes occidentales face à des opérations menées par des «loups solitaires», comme celle de l'attentat du marathon de Boston, le mois dernier.

Ces «loups solitaires» sont endoctrinés sur des forums internet qui diffusent les vidéos sanglantes de décapitations ou d'exécutions filmées en Syrie, en Afghanistan ou en Irak par les groupes islamistes partageant l'idéologie radicale d'Al-Qaïda.

Trahison de l'islam

«Nous avons perdu un brave soldat, nous ne céderons jamais devant la terreur ou le terrorisme quelles qu'en soient les formes», a déclaré David Cameron, après avoir présidé une réunion de crise dans le cadre du dispositif «Cobra», appliqué en cas de menace sur la sécurité nationale.

«Ce n'est pas seulement une attaque contre la Grande-Bretagne et son mode de vie, c'est aussi une trahison de l'islam et des communautés musulmanes qui donnent tant à notre pays. Rien dans l'islam ne justifie cet acte véritablement affreux», a-t-il ajouté devant le 10 Downing Street, la résidence du chef du gouvernement britannique.

«Nous allons vaincre l'extrémisme violent en restant unis», a-t-il aussi appelé de ses vœux.

«Aucune justification dans l'islam»

Le Conseil musulman britannique qui agrège plus de 500 associations ou fondations musulmanes et mosquées a lui aussi «condamné sans réserve» cet «acte barbare qui n'a aucune justification dans l'islam». Il a appelé «au calme et à l'unité des communautés».

Au Nigeria, où les autorités combattent dans le nord une insurrection islamiste, on dit de source gouvernementale qu'il n'existe aucune preuve de l'existence de liens entre les deux hommes et des organisations islamistes d'Afrique de l'Ouest.

Victime poignardée

Mercredi après-midi, près d'une caserne de l'armée à Woolwich, dans le sud-est de la capitale, les deux hommes ont d'abord percuté avec leur voiture le soldat, dont l'identité n'a toujours pas été officiellement révélée.

Munis de couteaux et d'un hachoir, ils l'ont ensuite poignardé. Devant la violence de l'agression, certains témoins ont pensé qu'ils voulaient le décapiter.

D'après certains médias, les agresseurs criaient en arabe «Dieu est le plus grand !» pendant qu'ils poignardaient la victime.

«Œil pour œil»

«Nous jurons par Allah le tout-puissant que nous ne cesserons jamais de vous combattre. La seule raison pour laquelle nous faisons ça est parce que des musulmans meurent chaque jour», dit l'homme, selon un enregistrement obtenu par la chaîne de télévision ITV.

«Ce soldat britannique, c'est œil pour œil, dent pour dent», ajoute le meurtrier présumé, qui porte un gilet en laine et un jean.

La vidéo de l'agression de Londres filmée par un passant.

(ats/nxp)

Créé: 23.05.2013, 18h09