Jeudi 20 février 2020 | Dernière mise à jour 02:29

Scandale alimentaire L'UE veut durcir les sanctions en cas de fraude sur la viande

L'UE souhaite renforcer les contrôles à mener lors d'une crise semblable à celle de la viande de cheval et les accompagner de sanctions financières en cas de fraude sur le contenu.

Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bruxelles veut durcir les sanctions financières applicables en cas de fraude alimentaire, a déclaré jeudi le commissaire européen en charge de la santé et de la consommation Tonio Borg.

L'UE souhaite également renforcer les contrôles à mener lors d'une crise semblable à celle de la viande de cheval.

«Le scandale montre l'importance de contrôles adéquats et de sanctions dissuasives» en cas de fraude alimentaire, a déclaré Tonio Borg. Il s'exprimait devant la commission Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire du Parlement européen.

«Pour renforcer le caractère dissuasif» des sanctions, «la Commission (...) demandera aux Etats membres de mettre en place des sanctions financières applicables en cas de violation intentionnelle des règles en matière de chaîne alimentaire à un niveau qui compense le gain financier que l'on a tenté d'obtenir en violant la législation», a-t-il ajouté.

«Même en cas de problème d'étiquetage, il faut que l'on puisse couvrir les gains réalisés par l'opérateur. Seule la perspective d'avoir plus à perdre que ce qu'il y a à gagner pourra avoir un effet dissuasif suffisant», a-t-il précisé. Bruxelles souhaite également renforcer les contrôles à effectuer à toutes les étapes de la chaîne agroalimentaire «en cas de risque», a indiqué Tonio Borg.

Ces dispositions seront contenues dans un «paquet législatif substantiel sur la chaîne alimentaire, la santé animale et la santé végétale», qui devrait être présenté au printemps par les services du commissaire Borg, a expliqué le porte-parole de ce dernier, Frédéric Vincent.

Inquiétude russe

Ce paquet va dans le sens des revendications formulées jeudi par la Russie. En effet, les autorités sanitaires russes ont exprimé leur «grande inquiétude» au lendemain de la découverte de viande de cheval dans des saucisses de porc importées d'Autriche et ont demandé à l'UE de renforcer ses contrôles.

Par ailleurs, les plats cuisinés qui ont été retirés de la vente en France pourront être redistribués aux associations caritatives qui seront informées de leur contenu, a indiqué jeudi le ministre de la Consommation Benoît Hamon.

Benoît Hamon a également reconnu que dans la mesure où les contrôles étaient étendus dans les filières alimentaires, la découverte de nouveaux cas frauduleux ne pouvait être exclue. (ats/nxp)

Créé: 28.02.2013, 16h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.