Vendredi 18 octobre 2019 | Dernière mise à jour 17:49

Espagne Européennes: Puigdemont autorisé à y participer

Un tribunal de Madrid a invalidé la décision qui empêchait le leader catalan de participer aux élections européennes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ex-président de la Catalogne Carles Puigdemont a été autorisé à se présenter aux élections européennes sur une liste espagnole, a annoncé lundi un tribunal de Madrid. Exilé en Belgique, il fait l'objet d'un mandat d'arrêt en Espagne.

Le tribunal a annulé une décision de la commission électorale. Il a décidé que Carles Puigdemont et deux autres membres de son gouvernement qui comme lui avaient quitté l'Espagne après l'échec de la tentative de sécession de 2017, peuvent se présenter aux élections du 26 mai, a indiqué un porte-parole.

Tous trois font l'objet d'un mandat d'arrêt en Espagne pour leur rôle dans la tentative de sécession, objet d'un important procès à Madrid lors duquel sont jugés 12 ex-dirigeants indépendantistes.

Saisie par les partis anti-indépendantistes Ciudadanos et Parti Populaire, la commission électorale avait refusé fin avril la candidature de Carles Puigdemont, Clara Ponsati et Toni Comin sur la liste indépendantiste «Lliures per Europa» («Libres pour l'europe» en catalan). Elle avait estimé qu'ils ne pouvaient être considérés comme des résidents en Espagne.

«Coup porté à la démocratie»

Carles Puigdemont avait qualifié cette décision de «scandale» et de «coup porté à la démocratie». La Cour suprême espagnole, saisie dans l'urgence par les avocats des séparatistes, a estimé dimanche qu'ils avaient le droit de se présenter vu qu'ils n'avaient pas été condamnés à une peine d'inéligibilité et a demandé à un tribunal administratif de trancher définitivement la question.

Le tribunal a affirmé lundi «le droit des acteurs à faire partie, comme candidats, du parti Lliures per Europa pour les élections au Parlement européen 2019», selon un fac-similé de la décision publié sur Twitter par l'avocat de Carles Puigdemont, Jaume Alonso-Cuevillas.

Carles Puigdemont avait tenté en octobre 2017, lorsqu'il présidait la Catalogne, de faire sécession de l'Espagne. Destitué par le gouvernement central, il avait fui en Belgique et échappe depuis, comme d'autres indépendantistes, aux poursuites pour rébellion lancées par la Cour suprême. (afp/nxp)

Créé: 06.05.2019, 14h18


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.