Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:13

France L'évasion fiscale expliquée au procès Cahuzac

Au procès en appel de l'ex-ministre du Budget, auteur du montage ayant permis le transfert des avoirs cachés en Suisse vers Singapour a décrit lundi des opérations «pas compliquées».

Jérôme Cahuzac et son avocat Eric Dupond-Moretti.

Jérôme Cahuzac et son avocat Eric Dupond-Moretti. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2016, le tribunal correctionnel de Paris a qualifié l'ex-avocat genevois Philippe Houman de «cheville ouvrière» de l'évasion fiscale et l'a condamné à un an de prison avec sursis et à l'amende maximale de 375'000 euros.

«On est parfois dans le domaine du fantasme. Je comprends que le schéma que vous avez devant les yeux laisse perplexe, mais il n'y a rien de très compliqué», assure à la barre l'homme d'affaires basé à Dubaï, qui réfute toute volonté de «dissimulation» et revendique un rôle «ponctuel».

Cinq ans après le plus retentissant scandale du quinquennat de François Hollande, l'ancien avocat se retrouve seul face aux juges avec Jérôme Cahuzac, qui a fait appel de sa condamnation à trois ans de prison ferme pour fraude fiscale et blanchiment.

Marchés en plein essor

La banque genevoise Reyl, qui hébergeait le compte de Cahuzac sous le nom de code «Birdie», comme son patron François Reyl, ont eux renoncé à contester leur condamnation à l'amende maximale. En première instance, le banquier avait expliqué avoir mis «la technicité» de son établissement à la disposition de l'ex élu, venu lui demander le 20 mars 2009 de transférer ses avoirs vers Singapour.

Une version contestée par Jérôme Cahuzac, qui affirme n'avoir demandé que «la plus grande discrétion» alors qu'il était député.

C'est là qu'intervient Philippe Houman, sans jamais avoir rencontré l'ancien chirurgien. «La demande est simple: on me dit que Jérôme Cahuzac souhaite ouvrir un compte à Singapour et on me demande si je peux constituer une société pour lui», relate l'homme d'affaires. Rien d'étonnant, les marchés asiatiques sont «en plein essor».

«Coquille vide»

«Jérôme Cahuzac est resté l'ayant droit économique» du compte, c'est-à-dire son bénéficiaire, martèle-t-il, réfutant avoir renforcé l'opacité des avoirs cachés depuis 1992 par l'ex-ministre au fisc français.

Le président Dominique Pauthe tient tout de même à rappeler ce complexe montage: dans un premier temps, en mars 2009, la banque Reyl fait basculer le compte sur une société panaméenne, Penderley Corp, qui a pour avantage de faire disparaître le nom de Cahuzac.

Dans un second temps, le 27 octobre, les avoirs (630'000 euros à ce moment-là) sont transférés vers une deuxième société créée aux Seychelles (Cerman limited group), laquelle nichera son compte à Singapour, à la banque Julius Baer.

Philippe Houman, mandaté par Rey Singapour, filiale tout juste créée, sera administrateur de Cerman via une de ces sociétés basées aux Samoa et donnera un mandat de gestion à Reyl: en bref, rien ne change pour Birdie, à qui il suffit de passer un coup de fil en Suisse pour disposer d'espèces à Paris.

- «Vous êtes l'incarnation de ce montage», attaque le président. - «Une société est une société, riposte l'ancien avocat. Elle peut devenir une société-écran si on se sert de cette société pour cacher quelque chose ou quelqu'un. A aucun moment, Cerman n'a cherché à cacher qui que ce soit». - «Mais c'est une coquille vide». Le réquisitoire est attendu mardi. (ats/nxp)

Créé: 19.02.2018, 20h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.