Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:40

Témoignage Une ex de Ramadan balance: «C'est un véritable barbare»

La Belgo-Marocaine Majda Bernoussi a vécu 5 ans d'une relation infernale avec le prédicateur genevois. Elle raconte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Majda Bernoussi a vécu une relation de cinq ans avec Tariq Ramadan, entre 2009 et 2014. La Belgo-Marocaine n'a pas été violée par l'islamologue et ne portera pas plainte contre lui, mais elle estime avoir côtoyé un «prédateur». Son témoignage, publié par Europe 1, intéresse les enquêteurs.

En 2009, la jeune femme vient de boucler l'écriture d'un livre consacré à son passé difficile et ses interrogations sur la religion. Musulmane pratiquante, elle aimerait consulter l'avis d'un intellectuel musulman et s'adresse alors à Tariq Ramadan.

«Très vite, il me dit qu'il est tombé amoureux de la fille du livre. Je suis un peu étonnée», raconte Majda Bernoussi, qui noue alors une «espèce de relation épistolaire» avec le prédicateur genevois. Les deux finissent par se rencontrer et la jeune femme croit au début d'une histoire d'amour.

«Il veut avoir une mainmise sur moi»

Elle a vu sur internet que Tariq Ramadan était marié mais il lui assure qu'il est divorcé «devant Dieu et les hommes». Majda le croit. «Clairement je suis dans une quête spirituelle et pour moi ça part sur quelque chose de sain, de spirituel avec de vrais codes assez carrés», raconte-t-elle.

D'emblée, la relation prend un tournure «bizarre». «Il ne veut rien entendre, il ne veut pas que j'aie de cerveau, il ne veut pas que je réfléchisse. Il veut avoir une mainmise sur moi», se souvient la musulmane. Malheureuse mais amoureuse, Majda reste avec Ramadan, qu'elle décrit comme un «prédateur», «un manipulateur extrêmement malsain».

«Il veut une soumission complète. L'éthique, la morale, la foi, la bonté, c'est des choses qu'il réserve face caméra. Hors champ, je n'ai jamais eu affaire à ce type là», confie la jeune femme, qui souligne le fossé entre la personnalité publique de Ramadan et son attitude en privé.

«Au moins 25 femmes»

Après 5 ans de relation, Majda a un déclic quand, alors qu'elle est au plus mal, elle voit son compagnon sourire. Elle décide alors de prendre ses distances. «Je n'ai jamais été dans quelque chose d'aussi noir que cette relation, qui a été vraiment destructrice. Il me disait tout le temps : 'vivre, c'est détruire'. Ça a quelque chose de galvanisant pour lui», raconte la jeune femme.

La Belgo-Marocaine ressent alors le besoin de raconter sa sombre histoire avec Tariq Ramadan mais rapidement, elle reçoit des menaces. A bout, elle finit par accepter les 27'000 euros que l'intellectuel lui propose en échange de son silence.

Majda Bernoussi affirme avoir discuté avec «au moins 25 femmes» qui ont vécu une histoire similaire avec le Genevois. «Il faisait ça de manière industrielle», assure-t-elle. «Dans la vraie vie c'est un véritable barbare, aussi bien intellectuellement que physiquement. (...) Il s'adapte à chaque profil, il n'a aucune limite et il se donne le droit. Il me disait tout le temps: 'Je suis protégé, je ne suis pas un homme ordinaire'», conclut la Belgo-Marocaine.

Créé: 27.04.2018, 16h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.