Lundi 20 janvier 2020 | Dernière mise à jour 22:36

Dictature L'ex-chef de l'armée argentine acquitté

La justice argentine a ordonné vendredi la libération de l'ex-chef de l'armée. Il était jugé pour son implication présumée dans deux enlèvements sous la dictature.

Image d'archive de César Milani.

Image d'archive de César Milani. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien chef des forces armées argentines entre 2013 et 2015, César Milani, a été acquitté vendredi pour son implication présumée dans deux enlèvements sous la dictature (1976-1983). Il était jugé aux côtés d'une dizaine de personnes à La Rioja, où les faits se seraient déroulés.

Le tribunal a ordonné la remise en liberté immédiate de César Milani, qui comparaissait en uniforme. Le parquet avait requis 18 ans de prison ferme.

César Milani, 64 ans, avait été arrêté en février 2017 après avoir été entendu par la justice qui enquêtait sur les cas d'un père et de son fils, enlevés en mars 1977 dans cette même région. Il était depuis en détention provisoire.

Sa désignation à la tête des armées en 2013 avait provoqué une levée de boucliers des organisations de défense des droits de l'homme qui le soupçonnent d'être l'auteur de crimes sous la dictature. Il a occupé ce poste, sous la présidence de Cristina Kirchner, jusqu'en 2015.

Six condamnations

Outre l'ex-chef de l'armée, quatre accusés ont été acquittés et six autres condamnés à des peines allant de 3 ans et demi à 10 ans de prison pour homicide aggravé, privation de liberté et tortures, notamment.

Lors de sa dernière déclaration avant la lecture du verdict, César Milani a qualifié les accusations le visant de «diffamatoires», de «calomnies et d'injures», avant de demander son acquittement.

Malgré ce jugement favorable, l'ancien chef des forces armées n'en a pas fini avec la justice. Il est en effet mis en cause dans la disparition forcée en 1976 d'un soldat et devrait être à nouveau jugé en septembre pour cela.

Cesar Milani est aussi dans le collimateur de la justice pour une affaire d'enrichissement illicite lorsqu'il était à la tête de l'armée. Environ 30'000 opposants sont morts ou ont disparu pendant la dictature en Argentine. (ats/nxp)

Créé: 10.08.2019, 01h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.