Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 17:30

États-Unis Une exécution garantie sans coronavirus

Dans le Missouri, un condamné sera exécuté pour la première fois depuis le début de l'épidémie de coronavirus aux États-Unis. Dans le respect des directives de sécurité, selon les autorités.

La chambre d'injection létale de la prison de San Quenti, en Californie (photo prétexte).

La chambre d'injection létale de la prison de San Quenti, en Californie (photo prétexte). Image: GettyImages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec l'avènement de la crise du coronavirus, plusieurs États américains, comme le Texas et l'Ohio, ont annoncé la suspension des exécutions de condamnés afin d'éviter des rassemblements non essentiels. Mais du côté du Missouri, il n'en est rien.

Comme le rapporte Slate.com, l'État va mener le 19 mai prochain la première exécution depuis le début de l'épidémie aux États-Unis. Elle aura lieu à la prison de Bonne Terre, près de la ville de Saint-Louis.

Le condamné, un certain Walter Barton, y verra donc sa peine de mort appliquée pour le meurtre d'une octogénaire en 1991.

Prison de Bonne Terre, dans le Missouri (Photo: Google Street View)

Le mois dernier, l'avocat de Barton avait demandé devant la Cour suprême de l'État le report de l'exécution, dans le but d'éviter un rassemblement de personnes susceptible de contribuer à la propagation du virus. Mais l'argument n'avait pas convaincu les juges, qui avaient rejeté la demande et maintenu la date d'application de la sentence.

Contrôle de la température

Pour éviter les dangers liés à l'épidémie, des mesures de sécurité seront prises le jour de l'exécution, a indiqué une porte-parole du département des services correctionnels du Missouri. Les personnes qui y assisteront auront ainsi leur température prise au moment d'entrer. L'exécution pourra également être observée depuis trois salles distinctes limitées à 10 personnes chacune: une pour la famille de la victime, une pour celle du condamné et une pour la presse.

Les témoins pourront y être espacés conformément aux directives de l'État sur la distanciation sociale, a indiqué la porte-parole. Et d'ajouter: «Nous avons des réserves de gel désinfectant, de masques et d'autres fournitures, selon les besoins.»

Le dénouement d'une longue affaire

L'affaire Walter Barton a longtemps tenu en haleine les tribunaux du Missouri, où elle est bloquée depuis plusieurs années en raison de procès, d'appels et de deux condamnations annulées. Entre 1993 et 2006, Barton a ainsi été jugé pas moins de cinq fois, rapporte Slate.com, l'État ayant eu beaucoup de mal à convaincre le jury de sa culpabilité quant au meurtre de l'octogénaire.

Le contexte actuel remet de plus en question le fait que Barton ait eu le droit à une procédure régulière, a indiqué son avocat. Selon lui, la fermeture de plusieurs services publics et les différentes mesures de sécurité ont grandement compliqué son travail de défense depuis le rejet de sa demande de report début avril. «Le Missouri est sur le point de mettre à mort un homme réellement innocent», avait-il notamment déclaré en février dernier.

Jonathan Zalts

Créé: 14.05.2020, 13h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.