Vendredi 10 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:55

Crimée Carnage dans une école: au moins 18 morts

Un élève du collège technique de Kertch a tué près de 20 de ses camarades et blessé une cinquantaine d'autres avant de se suicider.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un élève a ouvert le feu dans le lycée technique où il étudiait mercredi à Kertch, en Crimée, tuant 18 personnes et en blessant une cinquantaine, pour la plupart des adolescents, avant de lui-même trouver la mort.

Ce bilan a été fourni au cours d'une conférence de presse donnée dans cette ville par Sergueï Aksionov, le Premier ministre de cette péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, selon lequel 12 des 53 blessés sont dans un état extrêmement grave.

«L'auteur de l'attaque est un élève de quatrième année de cet établissement. Son corps a été découvert dans la bibliothèque», a déclaré le Premier ministre de Crimée Sergueï Aksionov sur la chaîne de télévision Rossiya 24.

Selon Sergueï Aksionov, l'assaillant avait 22 ans, mais le Comité d'enquête a indiqué plus tard dans un communiqué qu'il était âgé de 18 ans. Le Comité d'enquête affirme aussi que le bilan de l'attaque est de 18 morts, sans préciser non plus si l'auteur de la tuerie est comptabilisé.

Les images de vidéosurveillance ont montré «un jeune homme armé d'un fusil arrivant dans l'établissement». Son corps avec «des blessures par balles» a été retrouvé sur place, poursuit le communiqué du Comité d'enquête. «L'examen préliminaire des corps indique que (les victimes) sont mortes de blessures par balle», ajoute-t-il.

L'attaque a été requalifiée en «meurtre» alors qu'une enquête avait d'abord été ouverte pour «acte terroriste», a précisé cet organe chargé des grandes affaires criminelles. Le Comité d'enquête avait évoqué dans un premier temps «un engin explosif non identifié bourré d'objets métalliques» et «déclenché dans la cantine du collège polytechnique de Kertch».

Cette version ne semble pas tout à fait abandonnée, le porte-parole du Comité antiterroriste russe, Andreï Prjezdomski, ayant indiqué à la chaîne de télévision RBK qu'un «engin explosif» avait été découvert dans le collège.

Un ou plusieurs

Selon la directrice de l'établissement, Olga Grebennikova, il y avait plusieurs assaillants, ce que le comité national antiterroriste n'a pas exclu. «Ils ont jeté des explosifs un peu partout puis ont tiré sur tout ce qui bougeait au deuxième étage, en ouvrant les portes, (...), il y a des corps d'enfants un peu partout», a-t-elle dit.

Le comité antiterroriste a fait savoir que les premiers examens montraient que les victimes, des adolescents pour la plupart, avaient été tuées par balles. Le secteur du lycée a été bouclé par des véhicules blindés et des camions de l'armée, les écoles et jardins d'enfants de la ville de Kertch ont été évacués après l'attaque.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé que des renforts étaient envoyés sur place, ainsi que du matériel pour venir en aide aux victimes. Le président Vladimir Poutine, qui recevait à Moscou son homologue égyptien Abdel Fattah al Sissi, a déclaré que les enquêteurs tentaient d'établir les motivations du ou des assaillants.

Des photographes ont diffusé des photos sur le site Kerch.FM montrant les fenêtres brisées au rez-de-chaussée du bâtiment de deux étages.

Le lycée assure une formation professionnelle à des adolescents. Kertch est située à l'est de la Crimée et est reliée à la Russie par un pont que Vladimir Poutine a inauguré au mois de mai dernier. La Russie a annexé la Crimée en 2014. (Avec le bureau de Moscou; Pierre Sérisier et Guy Kerivel pour le service français)

Trois jours de deuil

«Il y a quelques heures, un événement tragique a eu lieu à Kertch. Des gens sont morts, il y a eu beaucoup de blessés. Je veux présenter mes condoléances aux proches des victimes», a déclaré le président russe Vladimir Poutine au début d'une rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Sotchi, une station balnéaire de la mer Noire.

Le ministère des Situations d'urgence russe a déclaré l'état d'urgence à Kertch et a annoncé sur son compte Twitter l'envoi sur place de trois hélicoptères avec du personnel médical et d'un avion. Sergueï Aksionov a également annoncé sur sa page Facebook que trois jours de deuil seraient observés dans la péninsule.

Cette affaire réveille en Russie le douloureux souvenir de Beslan, en Ossétie du Nord, où une prise d'otages par un commando tchétchène en 2004 avait fait plus de 330 morts, dont 186 enfants après l'assaut des forces russes. (afp/nxp)

Créé: 17.10.2018, 12h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.