Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Etats-Unis Facebook payait pour espionner ses usagers

La firme américaine avait payé certains de ses utilisateurs pour étudier leurs habitudes, et se défend de toute manipulation ou dissimulation.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a reconnu mercredi avoir payé des usagers du réseau social, y compris de jeunes adolescents, afin de disséquer leurs habitudes sur leur smartphone, mais a affirmé l'avoir fait en toute transparence et en parfaite connaissance de cause des volontaires.

Facebook a répondu à une enquête du site américain spécialisé dans les technologies TechCrunch, qui soulignait que le réseau social payait des usagers pour mieux connaître leurs habitudes, y compris des adolescents parfois âgés de seulement 13 ans.

TechCrunch affirme qu'il était virtuellement impossible pour les volontaires -de 13 à 35 ans, payés 20 dollars par mois- de savoir précisément ce à quoi ils s'exposaient en acceptant de participer au programme de Facebook.

Cette information sur les méthodes de Facebook tombe au moment où le groupe, qui doit présenter ses résultats financiers mercredi, tente de surmonter l'impact de scandales à répétition, de la diffusion de données à l'insu des usagers, à la sous-estimation des manipulations politiques sur la plateforme par la Russie lors de la présidentielle américaine 2016, en passant par les attaques en règle contre ses critiques.

Violation des règles d'Apple

Facebook ne nie pas l'existence de ce programme de collecte contre rémunération, mais insiste sur le fait que les usagers ayant accepté d'y participer contre gratification l'ont fait en parfaite connaissance de cause. «Moins de 5% des gens qui ont accepté de participer à ce programme d'étude de marché étaient des adolescents. Tous avaient l'autorisation écrite de leurs parents», a souligné un porte-parole du réseau dans un bref communiqué.

Facebook accuse aussi TechCrunch d'avoir «ignoré des éléments importants du programme». Le groupe californien nie qu'il s'agissait d'un programme secret, soulignant qu'il s'appelait «Facebook Research App», et rejette la notion d'«espionnage». «Les gens qui ont accepté de signer pour y participer ont été dûment informés par un processus très clair demandant leur permission et ont été payés pour leur participation», souligne-t-il.

Facebook affirme avoir mis fin au programme pour les iPhone. Apple, cité par le site spécialisé, estime que ce programme violait ses règles d'utilisation. TechCrunch souligne que ces informations pourraient encore envenimer les relations entre Facebook et Apple. Tim Cook, le patron de la marque à la pomme, critique sévèrement Facebook pour son usage des données des usagers et vante les efforts d'Apple pour respecter celles de ses clients. (afp/nxp)

Créé: 30.01.2019, 17h03

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.