Mardi 7 avril 2020 | Dernière mise à jour 19:38

Elections Abdelmadjid Tebboune est élu président de l'Algérie

L'ancien premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika a été élu vendredi à la tête de l'Algérie avec 58,15% des suffrages. Le scrutin a été marqué par une abstention record.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Abdelmadjid Tebboune, ancien ministre puis chef de gouvernement du président Abdelaziz Bouteflika, a été élu dès le premier tour pour lui succéder à la tête de l'État algérien, a annoncé vendredi l'Autorité nationale des élections (Anie).

Abdelmadjid Tebboune, âgé de 74 ans, a recueilli 58,15% des suffrages, a indiqué le président de l'Anie, Mohamed Charfi, lors d'une cérémonie officielle, au lendemain d'un scrutin marqué par une abstention record et qui s'est déroulé dans un contexte de contestation massive et inédite du régime au pouvoir en Algérie depuis l'indépendance en 1962.

Le Conseil constitutionnel doit proclamer les résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre, après examen d'éventuels recours, selon l'Anie.

Résultats des autres candidats

L'islamiste Abdelkader Bengrina, 57 ans, dont le parti a soutenu la présidence d'Abdelaziz Bouteflika, arrive en 2e position avec 17,38% des voix, selon Mohamed Charfi.

Ali Benflis, autre très proche d'Abdelaziz Bouteflika dont il fut le premier ministre entre 2000 et 2003, devenu après leur brouille son principal adversaire électoral lors des scrutins de 2004 et 2014, n'arrive qu'en 3e position avec 10,55% de suffrages.

Ferment la marche Azzedine Mihoubi, chef du Rassemblement national démocratique (RND), principal allié du Front de libération nationale (FLN) d'Abdelaziz Bouteflika (7,26%), et Abdelaziz Belaïd, ancien cadre du FLN et fondateur d'un micro-parti ayant soutenu le président déchu (6,66%).

Taux de participation très faible

L'Anie a légèrement revu le taux de participation à 39,83%, le plus faible de l'histoire des élections présidentielles pluralistes en Algérie. Il est inférieur de plus de 10 points à celui du précédent scrutin -le plus faible jusqu'ici-, qui en 2014 avait vu la 4e victoire d'Abdelaziz Bouteflika.

L'Algérie est le théâtre depuis février d'un mouvement («Hirak») de contestation du régime, déclenché par la volonté d'Abdelaziz Bouteflika de briguer un 5e mandat lors de la présidentielle initialement prévue en avril.

Après avoir obtenu sa démission en avril, le «Hirak» réclame le démantèlement du «système» qui dirige l'Algérie depuis 1962, a rejeté le scrutin de jeudi vu comme une manoeuvre de survie du régime, et accusé les cinq candidats d'en être les produits et de le cautionner par leur candidature. (afp/nxp)

Créé: 13.12.2019, 00h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.